International › APA

Guinée-Bissau : +30% des enfants victimes de malnutrition chronique (ministre)

Le ministre de la Présidence du Conseil des ministres et des Affaires parlementaires de la Guinée-Bissau, Agnelo Augusto Regala, a déclaré mercredi que la balance des consultations gratuites révélait une « prévalence nationale de la malnutrition chronique supérieure à 30% chez les enfants âgés de 6 à 13 ans ».S’exprimant lors de la deuxième édition de la Journée nationale de la nutrition, placée sous le thème « Engagement à améliorer la nutrition pour tous », M. Regala a indiqué que la région d’Oio comptait 44% d’enfants dans cette situation.

Bafatá est à 40%, Screen 38%, Gabú 37%, tandis que Tombali est à un taux de 33% de malnutrition chronique touchant les enfants, a ajouté le ministre.

Par ailleurs, Agnelo Augusto Regala a souligné la volonté politique et l’engagement du gouvernement bissau-guinéen dans le but d’éradiquer la malnutrition chronique et d’améliorer le système nutritionnel. Cela est matérialisé, selon lui, par le choix du 18 décembre, approuvé le 6 septembre dernier, comme la Journée nationale de la nutrition.

Agnelo Regala a également demandé aux médias de son pays de s’engager dans une campagne de sensibilisation et de diffusion sur l’importance d’une alimentation saine et adéquate, ainsi que sur la promotion d’un patrimoine alimentaire riche avec un potentiel énorme.

Pour sa part, le président du Parlement des enfants, Junior Sebastião Tambá, a fait état de ses craintes sur le « manque d’appréciation des produits nationaux », causé par la situation nutritionnelle du pays.

M. Tamba s’est indigné ainsi face à ce qu’il considère comme une « mauvaise inspection » des produits alimentaires marqués par l’absence d’une conservation adéquate.


En revanche, le directeur du Service national de nutrition, Ivone Menezes, a déploré les difficultés rencontrées par son service qui « dépend des partenaires, mais malheureusement, à ce jour, beaucoup ont fermé leurs portes ».

« Le pays dispose d’une politique et d’un plan stratégique pour la nutrition et la survie de l’enfant qui n’ont pas encore été approuvés », a-t-il souligné.

Par ailleurs, il a noté que la non application de la loi sur l’allaitement maternel aggrave la situation nutritionnelle des enfants en Guinée-Bissau où « de nombreuses mères donnent des laits en conserve à leurs bébés qui leur causent la diarrhée ».

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut