International › APA

Guinée : le bonnet « Cabral », symbole du rejet d’un 3e mandat pour Alpha Condé

Pas d'image

Si au Sénégal, depuis le magistère de Abdoulaye Wade (2000-2012), on a l’habitude de manifester son mécontentement avec des brassards rouges, en République de Guinée les protestataires, eux, étalent leurs humeurs en se coiffant d’un bonnet « Cabral ». C’est ce que font notamment les opposants et les membres des organisations de la société, en vue de signifier leur rejet total d’un troisième mandat pour le président guinéen, Alpha Condé.Aux termes de la Constitution, ce dernier au pouvoir depuis le 21 décembre 2010 est à un an de la fin de son deuxième et dernier mandat à la tête du pays.

Soupçonnant Alpha Condé de vouloir modifier la Loi fondamentale du pays pour rester au pouvoir, l’opposition guinéenne, regroupée au sein  du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a, dans un premier temps, organisé des manifestions publiques, mais devant l’interdiction de celles-ci, elle a choisi le port du bonnet « Cabral ». Pour donner plus de poids à cette coiffure, elle l’a affublée du nom de « A moulanfé » (ça n’aura pas lieu, en soussou une des langues nationales).

Selon le président du mouvement Sékoutouréisme et membre du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), Oumar Sylla, dit « Foniké Menguè », l’un des instigateurs du port du bonnet « Cabral », ce couvre-chef symbolise la lutte contre l’injustice dans toutes ses formes. « Le bonnet du grand Amilcal Cabral est un symbole de la révolution, de lutte contre toute forme d’injustice et de confiscation des libertés », a-t-il insisté.

Fondateur du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), feu Amilcar Cabral est le héros de l’indépendance dans ces deux pays qui était sous domination portugaise. Avant son assassinat commandité par le colon en janvier 1973, il a mené une partie de la lutte pour l’indépendance, depuis la Guinée où l’avait accueilli le président Sékou Touré.

Surfant sur l’image de ce héros, affublé sur presque toutes ses photos d’un bonnet, les Guinéens se sont saisis de ce couvre-chef baptisé « Cabral » pour en faire le symbole de leur protestation. Son port « montre que les gens se réunissent autour d’une chose qui est celle de la lutte contre un nouveau mandat de l’actuel président de la République », explique Ibrahima Barry, un militant de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), rencontré au quartier « Cosa », en plein cœur de Conakry.

 « Ce qui est important, insiste ce militant du principal parti de l’opposition guinéenne, c’est de le (bonnet) porter pour montrer son opposition à une modification de la Constitution en vue d’offrir un nouveau mandat à M. Alpha Condé ».


Pour le porter comme le préconise Barry, il faut tout de même l’acheter et pour ce faire il faut casquer environ 10 000 francs guinéens (700 à 800 FCFA), en se rendant notamment dans les marchés de Conakry comme celui de Madina.

Mamadou Sow y dispose comme beaucoup d’autres commerçants  d’une échoppe où on peut trouver des bonnets « Cabral » de toutes les couleurs.  Toutefois, le samedi, journée traditionnellement réservée aux assemblées générales des partis politiques, Mamadou ferme boutique et va trouver sur place les militants pour leur proposer les bonnets du refus.

Ce samedi, le reporter de APA est tombé pile-poil sur le commerçant en train de  se rendre aux réunions de l’UFDG, à l’UFR et du Pades où, dit-il avec  beaucoup d’optimisme « je vais épuiser ma marchandise ». Coiffé lui-même d’un bonnet « Cabral », il a à chaque main un sac rempli de couvre-chefs.

Dans les quartiers considérés comme les fiefs du pouvoir, les habitants voient certes d’un mauvais œil ce florilège de bonnets Cabral, mais ils ont pris le parti d’en rire.  « Parfois, quand vous passez à la SIG Madina, avec ce bonnet, vous entendez des propos du genre +A lan-manè+ (ça aura lieu en Soussou) », raconte le marchand Sow.

Pourvu qu’on s’en arrête à ces sarcasmes et qu’on ne verse plus dans la violence. Avant que l’opposition ne change de fusil d’épaule en adoptant les bonnets «Cabral »,  ses manifestations contre un troisième mandat pour Condé s’étaient soldées à l’intérieur du pays par deux morts et plusieurs blessés.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut