International › APA

Hajj : L’Arabie saoudite confrontée à un véritable défi environnemental

Canettes de soda jetées par terre, bouteilles et sacs en plastique par-ci par-là, une quantité surprenante de déchets qui jonchent le sol, les autorités de la Mecque sont confrontées à un véritable défi environnemental en cette période du pèlerinage (Hajj), l’un des plus grands rassemblements religieux du monde.La ville de Mina, où plus de deux millions de pèlerins passent la nuit pendant les jours du hajj, croule sous des montagnes de déchets, alors que des milliers d’employés de nettoyage s’affairent à séparer des bouteilles en plastique du reste des détritus, le pays manque cruellement d’usines d’incinération des déchets.

Selon Mohammed al-Saati, responsable de l’assainissement à la municipalité de la Mecque, plus de 42.000 tonnes de déchets sont produites pendant le pèlerinage annuel musulman. « Nous sommes confrontés à de vrais défis, principalement le volume de déchets produits, le nombre de pèlerins, l’espace limité autour des lieux saints, les différentes nationalités et la météo », a expliqué à M. Saati une déclaration à l’AFP.

« L’islam, en tant que religion, n’encourage pas l’excès », a-t-il dit. « Les pèlerins peuvent être des amis de l’environnement. Ça commence par une prise de conscience dans son pays ».

Le hajj, qui a commencé dimanche et se termine vendredi, a drainé cette année près de 2,4 millions de musulmans du monde entier, selon des chiffres officiels. Plus de 13.000 agents et superviseurs ont été embauchés par les services d’assainissement pour la période du pèlerinage qui a vu les températures atteindre 44 degrés Celsius.

Pendant la semaine, des rues et des allées étaient parfois jonchées de détritus en tous genres après le passage des fidèles. Une poignée de camps de pèlerins dans la localité de Mina, site du rituel symbolique de la lapidation de Satan, a commencé à mettre en oeuvre des projets pour rendre le hajj « vert », réduire le nombre de déchets et inciter les pèlerins à faire preuve de responsabilité et d’autodiscipline.


Les autorités visent à réduire de deux tiers le volume des déchets d’ici 2030, a dit Saati, avec un plan qui tient compte à la fois de l’éthique environnementale et des croyances religieuses. Les déchets collectés et triés sur les lieux du pèlerinage seront vendus à des entreprises qui s’occupent du recyclage. Tous les profits seront remis à des organisations de bienfaisance en accord avec la croyance musulmane de la « sadaqa » (charité volontaire).

Alors que le hajj touche à sa fin, des employés, vêtus de gilets vert vif, traversent les ruelles, ramassant des canettes de soda et des bouteilles en plastique pendant que les pèlerins font leurs bagages pour rentrer chez eux.

Réduire l’empreinte écologique du hajj est l’objectif ultime des autorités saoudiennes qui espèrent accueillir d’ici 2030 quelque 30 millions de pèlerins par an.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut