International › APA

Justice, syndicalisme et politique au menu des quotidiens burkinabè

Pas d'image

Les quotidiens burkinabè de ce mardi traitent de l’actualité nationale marquée par des revendications syndicale, la politique et la situation au niveau du ministère en charge de la justice.«Suspension participation des avocats aux audiences : Et c’est parti pour la troisième semaine», titre L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso.

Le journal rapporte qu’au sortir de leur Assemblée générale extraordinaire, tenue hier mardi à Ouagadougou, les avocats burkinabè ont décidé de reconduire la suspension de leur participation aux audiences pour une semaine, donc jusqu’au lundi 13 mai.

Toujours dans le domaine judiciaire, L’Observateur Paalga informe que le général Djibrill Bassolé, l’un des principaux inculpés du procès du putsch manqué, est rentré de Tunis le dimanche où il était allé se soigner.

Le sujet est évoqué dans la rubrique ‘’Révélations » du journal Le Pays qui affiche : Tribunal Militaire : Djibrill Bassolé de retour au Burkina».

Dans sa rubrique ‘’Mardi politique », Le Pays donne la parole au Directeur du Centre de formation politique de l’Union pour le progrès et le changement (UPC, opposition), Alain Olé Kam qui se prononce sur l’organisation des récentes Journées nationale du paysan (JNP).

Selon l’homme politique, si le président de l’UPC, Zéphirin Diabré avait été élu en 2015 (…), l’on n’allait pas servir du riz importé aux invités du chef de l’Etat, lors des récentes JNP.


De son côté, Sidwaya, le quotidien à capitaux publics  renseigne que le Premier ministre Christophe Marie Joseph Dabiré a visité certains chantiers routiers à Ouagadougou.

A lire Sidwaya, le chef du gouvernement burkinabé a qualifié à l’occasion de décevant les travaux de construction du mini échangeur en cours sur la route de l’hôpital Yalgado.

Le confrère évoque aussi, la conférence de presse animée, la veille à Ouagadougou, par le Syndicat autonome des travailleurs de la communication et de la culture (SYNATIC), soulignant qu’à propos du passage des médias publics à sociétés d’Etat, la structure syndicale s’impatiente.

Pour sa part, Le Pays renchérit lorsqu’il met en exergue : «Revendications sociales : Le SYNATIC dit être à bout de patience».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut