International › APA

KKB rencontre Gbagbo à Bruxelles pour se « réjouir » avec lui après sa mise en liberté

Pas d'image

Kouadio Konan Bertin dit KKB, un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), annonce avoir rencontré Laurent Gbagbo à Bruxelles pour se « réjouir » avec l’ex-président ivoirien après sa mise en liberté conditionnelle par la Cour pénale internationale (CPI).« Fidel à sa ligne de conduite, l’honorable KKB s’est rendu hier  vendredi 12 avril 2019 à Bruxelles où il a rencontré l’ancien président  Laurent Gbagbo », indique un post sur sa page Facebook publié par son  service de communication.   

Selon le texte «  la rencontre a débuté à 17h15 minutes pour prendre fin à 18h20 minutes  soit 1h05 minutes d’entretien ». Au cours de ces échanges, les deux  hommes ont fait le tour de l’actualité socio-politique en Côte  d’Ivoire. 

KKB a régulièrement visité l’ancien  président lorsqu’il était en prison à la Haye. Pour ce cadre du Pdci,  cet échange s’inscrit « naturellement » dans cet élan. Et ce, pour «  prendre de ses nouvelles maintenant qu’il est en liberté et se réjouir  avec lui ». 

Il avait d’ailleurs appelé en  janvier à des « négociations » entre le camp Gbagbo et le pouvoir pour  le retour de l’ex-président ivoirien dans son pays après sa libération  conditionnelle par la Cour pénale internationale (CPI). 

Pour  lui, le retour de M. Gbagbo « doit faire l’objet de discussions entre  le pouvoir et lui, car il va de soit pour sa sécurité. Il ne faut pas  s’offusquer si l’on parle de négociations et que l’on parle de  discussions ». 


L’ex-président ivoirien,  soulignera-t-il, « est l’un des belligérants de la crise post-électorale  » de 2010-2011 qui a fait plus de 3.000 morts dans le pays. Par  conséquent, il faut éviter que dans ce « tournant décisif (…) on y mette  de l’orgueil au débat ».

« Gbagbo n’a pas  d’autre choix que de revenir dans son pays. Et, c’est l’occasion de  parler de dialogue direct en évitant que l’extérieur vienne mettre sa  main dans cette histoire », avait déclaré KKB, avant d’ajouter : « nous  devons engager un dialogue entre le camp Gbagbo et le pouvoir ».

Dans  cette perspective, il a décidé de prendra son bâton de pèlerin pour «  visiter tous ceux qui peuvent avoir une influence en la matière » en vue  de dissiper les obstacles au retour en Côte d’Ivoire de M. Gbagbo,  condamné à 20 ans par contumace dans une affaire de pillage de la BCEAO.   

Le secrétaire exécutif en chef du Pdci,  Kakou Guikahué, est annoncé à Bruxelles pour rencontrer M. Gbagbo, mis  en liberté conditionnelle en février avec son co-accusé Charles Blé  Goudé, dans l’affaires de crimes contre l’humanité perpétrés dans la  crise postélectorale ivoirienne de 2010/2011, rapportent des médias  locaux.   



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut