International › APA

Kobenan Adjoumani en vedette à la Une des journaux ivoiriens

Le porte-parole du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), Etienne Kobenan Kouassi Adjoumani est en vedette à la Une des journaux quotidiens ivoiriens parus, mercredi, sur l’ensemble du territoire national, au lendemain de sa conférence de presse où il a fait un tour d’horizon sur la situation sociopolitique du pays.En conférence de presse, hier, Adjoumani « enflamme » le vieux  parti (ndlr : PDCI-RDA). « On est allé trop loin (…) Que le PDCI (Parti  démocratique de Côte d’Ivoire) reste digne dans la défaite (…) Bédié  comprendra un jour », rapporte Le Rassemblement. « Le président Ouattara  n’est pas responsable du découpage électoral décrié par le PDCI-RDA »,  poursuit M. Adjoumani en couverture du journal gouvernemental Fraternité  Matin. 

A ce propos, fait-il remarquer dans Le  Patriote, « Bédié a créé 61 communes, Ouattara seulement 4 ». Supposées  fraudes aux élections locales, attaques contre Bédié : « le PDCI doit  assumer les conséquences de ses choix », reprend Le Jour Plus en citant  le ministre des ressources animales et halieutiques.  

Adjoumani  a encore « frappé » hier, estime de son côté, L’Intelligent d’Abidjan  avant de lui attribuer cette déclaration : « si j’ai fraudé en 2018,  c’est que le PDCI fraude depuis 95 ». « Guikahué et Billon défendent  leur propre agenda et non Bédié », résume-t-il par la suite dans ce  journal. 

C’est pourquoi, promet M. Adjoumani  en couverture de Le Patriote « un jour, je vais délivrer mon papa Bédié  ».  «On n’a pas peur des avocats français », lance ensuite le président  exécutif du mouvement « Sur les traces d’Houphouët-Boigny » dans les  colonnes de Soir Info, là où Notre Voie écrit : en conférence de presse,  hier, Adjoumani attaque le PDCI et évoque les origines de Bédié.           


Ce qui fait dire à Le Mandat que l’Eléphant  (Adjoumani) du Gontougo (ndrl : région du Nord-est) a « barri» face à  plusieurs sujets d’actualité dont le contentieux en cours sur les  élections locales, son ralliement au RHDP (Rassemblement des  Houphouëtistes pour la démocratie et la paix), la reforme de la CEI  (Commission électorale indépendante) et le découpage électoral exigé par  son parti d’origine le PDCI. 

Adoumani, tel le  fou du roi en foire, hier, au Golf avec ses « graves accusations et  injures contre Houphouët, Bédié et le PDCI-RDA », titre pour sa part Le  Nouveau Réveil avant de s’interroger « peut-on encore sauver le soldat  perdu Adjoumani Etienne ? ». 



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut