International › APA

La Guinée équatoriale lance un mandat d’arrêt contre un avocat français pour un prétendu blanchiment d’argent (HRW)

L’ONG américaine Human Rights Watch (HRW) rapporte que la Guinée équatoriale a lancé un mandat d’arrêt contre 16 personnes, dont un avocat anticorruption français, les accusant de blanchiment de capitaux et d’aider à financer « le terrorisme et la prolifération du trafic d’armes en Afrique centrale ».La désignation de cet avocat anticorruption français parmi 16 personnes visées par un mandat d’arrêt, est « apparemment en guise de représailles pour le rôle qu’il a joué dans un procès pour blanchiment d’argent contre le fils aîné du Président équato-guinéen, Teodorin Nguema Obiang, selon dix organisations qui se consacrent à la lutte contre la corruption, citées par HRW dans un article paru le colonnes de son portail électronique.

Figurent également dans ce mandat d’arrêt, les noms de personnes qui sont déjà détenues par la police, accusées d’avoir participé à une tentative de coup d’État en décembre 2017. Ces personnes n’ont pas pu communiquer avec leurs familles ou avocats depuis leur arrestation, ce qui fait sérieusement craindre qu’elles soient exposées au risque de torture et d’autres mauvais traitements, et dans certains cas, qu’on ait attenté à leur vie, rapportent les dix organisations, citées toujours par HRW.

Ces organisations sont Human Rights Watch, EG Justice, Sherpa, Amnesty International, la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF), Corruption Watch UK, Rights and Accountability in Development, TRIAL International, ainsi que la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) dans le cadre de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme.

Cité par HRW, le Directeur d’EG Justice, Tutu Alicante a indiqué que « le gouvernement de Guinée équatoriale a fait feu de tout bois pour protéger le fils du président des allégations crédibles selon lesquelles il aurait volé plus de 100 millions d’euros de fonds publics afin de vivre dans le luxe à Paris ».

« Maintenant il semble que le gouvernement soit en train de monter des accusations de toutes pièces, en guise de représailles contre ceux qui ont aidé un tribunal français à le condamner pour ses crimes », a ajouté le Directeur d’EG, une organisation qui plaide pour les droits humains et la transparence en Guinée équatoriale.

Pour rappel, le ministère équato-guinéen de la Sécurité nationale a publié le 23 janvier un communiqué accusant les 16 personnes de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Dans la liste figure William Bourdon, un avocat qui a fondé l’association Sherpa, vouée à la lutte anticorruption dans un cadre juridique, et qui a été le fer de lance de procès intentés en France contre les proches de plusieurs chefs d’État pour détournement de fonds publics.


Selon HRW, le communiqué n’apporte aucun élément de preuve à l’appui de ses allégations.

« Ce que nous observons aujourd’hui en Guinée équatoriale n’est pas nouveau, mais s’inscrit dans un comportement récurrent du gouvernement, qui cherche depuis longtemps à faire taire les critiques. Régulièrement, les dirigeants harcèlent, intimident et font arrêter des défenseurs des droits humains, des avocats, des membres de l’opposition politique et tous ceux qui osent élever la voix contre les abus du gouvernement », a déclaré Marta Colomer, chargée de campagne pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

En 2008, Sherpa avait déposé plainte au pénal, au nom de Transparency International France, contre Teodorin Nguema Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale, qui était alors ministre des Forêts, avançant qu’il avait dépensé en France plus de 100 millions d’euros dérobés au Trésor public équato-guinéen en achetant des biens de luxe, notamment un hôtel particulier, une série de voitures luxueuses, des œuvres d’art et des bijoux. La loi française permet aux groupes de la société civile de déposer plainte au pénal.

En 2017, le tribunal français reconnaissait Teodorin Nguema Obiang coupable par contumace, le condamnant à trois ans de prison avec sursis et à une amende de 30 millions d’euros. Le gouvernement de Guinée équatoriale avait défendu Nguema Obiang de façon agressive, allant jusqu’à le nommer vice-président peu après sa mise en examen par le tribunal, et portant plainte contre la France devant la Cour internationale de Justice au motif que le pays avait violé l’immunité diplomatique de Nguema Obiang.

Les récentes accusations formulées contre les personnes à l’origine du procès semblent être une tentative de se venger d’elles et de discréditer encore cette procédure, met en garde HRW.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut