International › APA

La mise en œuvre de l’Accord de paix en vedette dans la presse centrafricaine

Pas d'image

Les journaux centrafricains, parus jeudi, traitent entre autres de la visite en Centrafrique de la mission conjointe de l’Union Africaine (UA), de l’Organisation des Nations-Unies (Onu) et de l’Union Européenne (UE) mais aussi de la tension notée dans le gouvernement centrafricain.L’Agence Centrafricaine de Presse (Acap) annonce qu’une délégation de la mission conjointe Union Africaine, Nations-Unies et Union Européenne s’est rendue, lundi dernier, à Bambari et à Bangassou à l’est de la RCA afin de discuter avec la population de la mise en œuvre de l’Accord de paix conclu avec les groupes armés.

Rapportant les propos de Smail Chergui, le Commissaire paix et sécurité de l’Union Africaine et de Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations-Unies, l’Acap souligne que cette visite a pour objectif de voir, avec tous les partenaires de la République centrafricaine, comment soutenir le plus efficacement possible la mise en œuvre de tous les éléments clés de l’Accord de paix.

L’Hirondelle indique qu’à Bangassou, Jean-Pierre Lacroix a rendu hommage aux artisans quotidiens de la paix. Ce journal fait aussi savoir que l’étape de Bambari a été marquée par le lancement officiel du Comité de mise en œuvre préfectoral (Cmop) pour la Ouaka et du Comité technique de sécurité (CTS), deux structures prévues dans le mécanisme de suivi pour la mise en œuvre de l’Accord de paix.


De son côté, Le Petit Observateur Centrafricain s’intéresse à la « tension au sein du gouvernement » puisque « certains représentants des groupes armés menacent de se retirer ». Selon Corbeau News, « rien ne va plus depuis quelques semaines au sein du gouvernement dit inclusif dirigé par Firmin Ngrébada ».

En effet, selon des sources internes aux groupes armés contactées par Corbeau news, le chef du gouvernement Firmin Ngrébada, qui par ailleurs était le chef de la délégation gouvernementale aux pourparlers avec les groupes armés à Khartoum (Soudan) et à Addis-Abeba (Ethiopie), ne semble plus disposer à collaborer avec les ministres rebelles.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut