International › AFP

La police israélienne arrête de nouveau le gouverneur palestinien de Jérusalem

La police israélienne a arrêté le gouverneur palestinien de Jérusalem, Adnan Gheith, pour la deuxième fois en deux mois, a indiqué dimanche un porte-parole israélien.

Adnan Gheith a déjà été arrêté le 20 octobre et détenu pendant deux jours, dans le cadre d’une enquête sur des « activités illégales » de l’Autorité palestinienne à Jérusalem, selon le service israélien de sécurité intérieure, le Shin Beth. Il a aussi été interrogé plusieurs fois ces dernières semaines et son bureau a été perquisitionné début novembre.

Il a comparu en journée devant un tribunal de Jérusalem, qui doit décider de la prolongation ou pas de sa détention.

Selon le porte-parole de la police israélienne, Adnan Gheith a été arrêté dans la nuit à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël, où il réside. Avant son arrestation, il était interdit se rendre en Cisjordanie occupée.

Le porte-parole a évoqué une affaire de transactions financières pour expliquer son arrestation, sans plus de précisions.

D’après les médias israéliens, elle est liée à l’arrestation en octobre par l’Autorité palestinienne d’un Palestinien accusé d’avoir vendu des propriétés à un acheteur juif à Jérusalem-Est. De telles ventes sont interdites par l’Autorité palestinienne car elles permettent selon elle d’accroître la colonisation des quartiers palestiniens de la Ville sainte.

Des parlementaires israéliens ont appelé Israël à faire libérer le Palestinien arrêté. Le journal Haaretz l’identifie comme Issam Akel et affirme qu’il détient la nationalité américaine.


Selon Fouad Hallaq, un conseiller de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), l’arrestation d’Adnan Gheith fait partie d’une série de mesures israéliennes destinées à faire pression sur les dirigeants palestiniens pour libérer M. Akel.

Il a affirmé à l’AFP que d’autres mesures avaient été prises ces derniers jours, dont une interdiction de voyager de trois mois faite au ministre palestinien chargé de la Ville sainte, Adnan al-Husseini.

Israël s’est emparé de Jérusalem-Est en 1967 et l’a annexée, déclarant en 1980 toute la ville comme sa capitale « éternelle » et « indivisible ». Cette annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale, qui considère la partie orientale comme un territoire occupé.

Les Palestiniens la revendiquent comme la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Toutes les activités de l’Autorité palestinienne à Jérusalem sont considérées comme illégales par Israël.

Les bureaux du ministère chargé de Jérusalem et du gouverneur palestinien de la ville sont situées à Al-Ram, derrière le mur qui sépare Jérusalem de la Cisjordanie occupée.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut