International › APA

La politique en vedette dans les quotidiens burkinabè

Pas d'image

Les quotidiens burkinabè de ce vendredi évoquent l’actualité nationale dominée essentiellement par des sujets liés à la politique.«TAC: Ouagadougou accueille la 8e Conférence au sommet», arbore le quotidien national Sidwaya, informant que la 8e Conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso se tient, du 27 au 31 juillet 2019, dans la capitale burkinabè.

Selon le journal, cette rencontre se tient sous la co-présidence des présidents Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire.

Pour sa part, le journal privé Le Pays revient sur la conférence de presse, animée la veille à Ouagadougou, par l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP).

Il cite le président de l’APMP, Simon Compaoré qui déclare à propos du dialogue politique initié par le président du Faso que: «C’est une leçon que nous venons de donner, comme nous l’avons fait lors de l’insurrection».

Aujourd’hui au Faso cite également Simon Compaoré, par ailleurs, président intérimaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir) qui dit : «Aujourd’hui, Roch (Marc Christian Kaboré, Ndlr) rime avec liberté, ce n’est pas rien !».


Le même journal rapporte que le Parti pour l’unité nationale et le développement (PUND) de Boukary Kaboré dit ‘’Le Lion du Boulkiemdé », a animé un point de presse, hier jeudi à Ouagadougou, pour donner sa position sur la situation nationale.

«Le parti dénonce une mauvaise gouvernance du pouvoir en place et interpelle le président Roch Kaboré à revoir sa copie en revisitant son discours d’investiture», écrit le confrère.

A ce propos, L’Observateur Paalga (privé), titre : «Le Lion du Boulkiemdé sort de sa tanière», tandis que Le Quotidien reprend les propos du président du PUND qui estime que «la présence des forces françaises sur notre sol est un danger pour les Burkinabè».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut