International › APA

La politique règne en maître dans la presse sénégalaise

Les journaux sénégalais parvenus jeudi à APA traitent principalement de politique à 3 mois de la présidentielle avec, entre autres sujets, le retour de Karim Wade au Sénégal, le soutien d’Abdoulaye Baldé à Macky Sall et la plateforme de sécurisation des élections de Me Mame Adama Guèye.Dans Vox Populi, Farba Senghor, ancien chargé de la propagande du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), déclare que « Karim Wade ne reviendra pas».

Dans les colonnes de ce journal, M. Senghor soutient qu’ « (Abdoulaye) Wade, Karim Wade, Oumar Sarr, Me Madické Niang et Me Amadou Sall savent pertinemment que Karim Wade ne sera pas candidat » à la présidentielle du 24 février 2018.

C’est la raison pour laquelle, Farba Senghor indique qu’il ne sera pas surpris si « Abdoulaye Wade, demain, tende la main à Macky Sall, pour que son fils puisse s’en sortir ».

L’Union des Centristes du Sénégal (UCS) d’Abdoulaye « Baldé enclenche le saut » informe L’Observateur, soulignant que le maire de Ziguinchor (sud) renonce à sa candidature pour soutenir Macky Sall ». Poursuivant, ce journal renseigne qu’ « Aminata Gassama Baldé, son épouse, avait il y a quelques mois annoncé la couleur en créant un mouvement de soutien à l’action du chef de l’Etat Macky Sall ».

Cette décision est loin de faire l’unanimité dans les rangs de l’UCS. Pour le jeune centriste Babacar Badji, « Abdoulaye Baldé et son épouse ont rejoint Macky Sall dans le seul but de se laver à grande eau des poursuites judiciaires qui pèsent sur eux ». Le Conseil national de l’UCS devrait se tenir demain vendredi à Dakar pour entériner la décision.


De son côté, Sud Quotidien s’entretient avec Me Mame Adama Guèye, initiateur de la plateforme de sécurisation des élections, qui révèle qu’ « un dispositif a été mis en place pour un hold-up électoral ».

A en croire Me Mame Adama Guèye, « le processus électoral dépasse le fichier. Il commence en amont du vote et continue en aval. Dans tout le processus, il y a la possibilité de frauder. Nous avons aujourd’hui des inquiétudes sur les élections parce qu’il n’y a pas de transparence ».

Pour sa part, Le Quotidien rapporte que « Rewmi et le PDS boycottent » le 62ème Congrès de l’Internationale libérale prévu jeudi et vendredi à Dakar. Yankhoba Seydi, le chargé des relations extérieures du parti d’Idrissa Seck fait savoir que « l’exil forcé de Karim Wade (au Qatar), la refonte du fichier électoral, le refus de partage du fichier, la rétention des cartes d’électeur, la répression aveugle de toutes les manifestations sont des violations des droits humains qui sont à la base de cette décision ».

Dans les colonnes de L’AS, Yankhoba Seydi estime que « Macky Sall est maoïste de lait et de sang encagoulé dans un masque libéral ». En tout cas, WalfQuotidien fait remarquer que les « jeunes de Rewmi et du PDS violent le mot d’ordre de boycott ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut