International › APA

La presse électronique togolaise à fond sur les élections législatives

Les sites d’informations togolais, visités ce mardi, abordent principalement les élections législatives prévues jeudi prochain.Le portail Icilomé s’intéresse au rôle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour la supervision de « ces élections législatives controversées ».

A en croire ce site, « ceux qui croient en la Cedeao pour reporter les Législatives organisées unilatéralement par le régime de Faure Gnassingbé, doivent se désillusionner ». En effet, indique Icilomé, l’institution sous-régionale serait parmi les souteneurs de la mascarade politique.

Poursuivant, Icilomé rapporte qu’« une mission d’observation électorale de la Cedeao est attendue ce lundi à Lomé ». Cela fait dire à ce site que « les Togolais qui pensent que la Cedeao n’est plus habilitée à résoudre la crise togolaise sont nombreux ».

Pour sa part, Togobreakingnews informe que la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a dit à Nana Akufo-Addo, président du Ghana, « qu’elle empêchera la tenue des Législatives ».

Ce site renseigne qu’à la suite des leaders des églises et des cadres musulmans du Togo, « le président ghanéen a reçu, dimanche dernier, une délégation de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition ». Togobreakingnews indique que « le facilitateur a échangé avec les opposants sur leurs préoccupations et inquiétudes concernant les élections législatives du 20 décembre ».


Ce portail d’informations fait remarquer qu’au cours de sa médiation, le Chef de l’Etat ghanéen a dit, à la Coalition de l’opposition togolaise, son incompréhension pour son refus d’intégrer la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et son refus de prendre part aux opérations de recensement électoral.

En outre, selon Togobreakingnews, « Nana Akufo-Addo a également signifié aux opposants qu’il n’est pas de son ressort de décider du report des élections au Togo ». En tout cas, selon Republicoftogo qui cite Damehame Yark, le ministre de la Sécurité, « il n’y a aucune entrave à la tenue du scrutin » prévu le 20 décembre prochain.

Republicoftogo fait savoir que la Fose (Force, Sécurité et Elections), composée de 8000 gendarmes et policiers, « veillera à ce que le vote se déroule dans les meilleures conditions et que tout acte visant à gêner sa tenue, sera géré avec les moyens adaptés ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut