International › APA

La presse en ligne burkinabè commente la conférence sur les salaires des fonctionnaires

La Conférence nationale sur le système de rémunérations des agents de la fonction publique au Burkina Faso, qui s’est déroulée du 12 au 14 juin 2018, constitue l’un des sujets phares abordés par la presse en ligne burkinabé ce vendredi.«Burkina: Les salaires des fonctionnaires d’Etat bientôt remaniés», titre Burkina24.com qui rapporte que la conférence sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat a connu son épilogue, hier jeudi 14 juin 2018 à Ouagadougou.

Empruntant les termes du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, le journal en ligne souligne que ce «dialogue patriotique» s’est terminé par la formulation de plusieurs recommandations, dont la réduction de la durée de maintien de la rémunération des ministres et députés.

Burkina24.com renseigne que les participants à la conférence nationale ont préconisé la suppression des institutions dont le Conseil économique et social (CES), la Médiature, le Haut représentant du président du Faso, ainsi que le recadrement des fonds communs (FC) à partir du 1er janvier 2019.

De son côté, Fasozine.com se contente de publier le rapport général de la Conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat.

Quant à Alerte info, un autre média en ligne, il affiche: «Burkina: Les forces vives recommandent au gouvernement de +négocier l’accalmie avec les syndicats de la fonction publique+».


Ce confrère rappelle que la Coordination des syndicats de la fonction publique (CSFP) exigeait, pour sa présence, que le format des discussions sur le système de rémunération des fonctionnaires soit réduit au gouvernement et aux syndicats, et donc qu’elles n’incluent pas les forces vives.

«Outre la CSFP, la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B), a également refusé de prendre part à la conférence, qui a toutefois vu la participation de cinq centrales syndicales et 21 syndicats autonomes», relate Alerte info.

Pour sa part, Lefaso.net s’interroge : «Réforme de la fonction publique burkinabè: Faut-il s’attendre à la suppression de certaines institutions de la république ? »



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut