International › APA

La presse ivoirienne raconte la 2è journée du conflit intercommunautaire de Béoumi

Pas d'image

Les journaux quotidiens ivoiriens parus, vendredi, sur l’ensemble du territoire national racontent la deuxième journée des violences intercommunautaires à Béoumi (Centre-Nord), où un premier bilan officiel fait état de trois morts, plusieurs blessés et d’importants dégâts matériels.« 2è jour d’affrontements violents, hier. Guerre totale à Béoumi !», placarde en Une Le Nouveau Réveil, selon qui, des civils en possession d’armes automatiques auraient été aperçus en ville et dans les villages de ce département de la région de Gbêkê (Bouaké, Centre-Nord). U

Deux jours de folie meurtrière dans des affrontements interethniques à Béoumi, commente à son tour Notre Voie à côté de L’Inter qui parle de situation « toujours vive » à Béoumi, où, l’attaque d’un village aurait fait 3 morts et plusieurs blessés. Un couvre feu instauré de 18H à 6H dans la ville, renseigne ensuite ce journal.

Ce qui fait dire à Soir Info que Béoumi était comme une zone de guerre, hier, avec des tirs nourris entendus ainsi que des morts et blessés annoncés dans ses rues et villages.

Le confrère explique ensuite ce que le médiateur de la République a décidé de faire face à cette situation. Adama Toungara appelle au calme et annonce la création d’une cellule de veille à Béoumi, précise à ce sujet Le Jour Plus au moment où Le Temps constate une fuite « massive » des populations hors de la ville, après les 3 morts et 40 blessés enregistrés face à des forces de l’ordre « impuissantes ».


Ce qui dénote, selon le quotidien Générations Nouvelles, « l’échec de la réconciliation » en Côte d’Ivoire.

Le calme est revenu à Béoumi, un couvre-feu y est instauré, fait remarquer pour sa part Le Patriote, là où LG Infos note que « pendant que Ouattara se lance des fleurs, la Côte d’Ivoire sombre dans le chaos » avec en point de mire, la situation de Béoumi qui enregistre 3 morts et des cas de blessure par balles de gendarmes et de policiers. Dans le même élan, Le Quotidien d’Abidjan estime que « la Côte d’Ivoire va mal » car « le régime ne contrôle plus rien ». 

Le Rassemblement souligne quant à lui un calme précaire dans la ville, quand L’Expression s’intéresse à la mission de médiation, entamée, hier, par le ministre Sidi Touré, également fils de la region, pour le retour de la paix à Béoumi.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut