International › APA

La presse sénégalaise dissèque le rapprochement entre Ousmane Sonko et Abdoulaye Wade

Les journaux sénégalais parvenus jeudi à APA traitent principalement de la probable union des opposants Ousmane Sonko, leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF), et Abdoulaye Wade, ancien président du Sénégal (2000-2012) et fondateur du Parti démocratique sénégalais (PDS).« Sonko s’est-il renié en se rapprochant de Wade ? », s’interroge Vox Populi. Ce journal rappelle que l’ancien Inspecteur des impôts et domaines « qualifiait, naguère, le pape du Sopi (changement en wolof) de piètre homme d’Etat et de criminel bon à fusiller », avant d’affirmer qu’ « au gré des circonstances, il (Ousmane Sonko) le dépeint, aujourd’hui, comme le meilleur président du Sénégal et un patriote qui a été le seul à défendre l’intérêt des Sénégalais ».

Le chef de file des Patriotes a récemment annoncé son voyage au Qatar pour avoir des discussions approfondies avec Wade. En tout cas, l’analyste politique Momar Seyni Ndiaye dont les propos sont relayés par Vox Populi, soutient qu’il ne voit pas « comment Wade accepterait pour Sonko, ce qu’il a refusé pour Madické (Niang) et les autres ».

Notant un « revirement dans le discours », L’Observateur souligne que « Sonko (est) dans le système des incohérences ». Ce journal estime que « Ousmane Sonko, comme pris dans un tourbillon politico-médiatique, verse dans l’incohérence. Ses propos d’hier tranchent d’avec ses actes d’aujourd’hui ». Dans les colonnes de L’Observateur, le Pr Moussa Diaw, enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB, nord) déclare que « le discours politique est mouvant. Il peut y avoir un changement selon les circonstances ».

De son côté WalfQuotidien barre à sa une : « Alliance politique – ce que (Abdoulaye) Wade peut apporter à (Ousmane) Sonko ». A en croire ce journal, en s’alliant à l’homme de la première alternance politique au Sénégal en 2000, après 40 ans de règne du Parti Socialiste (PS), Ousmane Sonko « va ajouter à sa jeunesse, sa fougue, sa hargne et sa virginité politique, l’expérience d’un Wade nonagénaire, mais véritable bête politique, qui a l’expérience politique dans l’ADN et qui a donné du fil à retordre à tous ses prédécesseurs au Palais de la République ».


Toutes choses qui font dire à EnQuête qu’ « (Abdoulaye) Wade (est un) faiseur de rois ». Pour le journaliste Pape Sané interviewé par ce journal, « Sonko sait qu’avec son parti, seul, sans un bon appareil comme celui du PDS, il n’a pas beaucoup de chances ». Et le spécialiste des questions politiques d’estimer que « le PDS est l’un des rares partis (au Sénégal) qui a un capital affectif très fort. En plus d’être présent partout sur le territoire national, il contrôle aujourd’hui des bastions non négligeables sur l’échiquier électoral national et dans la diaspora ».

En perspective à la Présidentielle du 24 février 2019, L’AS informe que maître Mame Adama Guèye, candidat à la candidature pour cette élection est « hors-piste ». Dans les colonnes de ce journal, le leader Sénégal Bou Bess (un nouveau Sénégal en wolof) se livre : « je me fais le devoir d’aller rencontrer tous les candidats à la prochaine présidentielle pour discuter des voies et moyens de sécuriser le processus électoral et permettre à nos concitoyens de se choisir leur Président de la République, dans le cadre d’un scrutin transparent qui garantit l’exercice libre du citoyen fondamental qu’est le vote. J’ai décidé de me dévouer totalement à la réussite de cette initiative. Je suis prêt, pour cela, à sacrifier ma candidature ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut