International › APA

La transition de 3 ans au Burkina et l’affaire Sonko-Adji Sarr à la Une

L’adoption de la charte de la transition d’une durée de trente-six mois au Burkina Faso et l’anniversaire des émeutes de mars 2021 au Sénégal sont les principaux sujets traités par les médias africains visités mercredi à APA.

Au Burkina Faso, le journal Le Pays indique qu’on « attend maintenant les résultats » après l’adoption de la charte de la transition. « C’est à une heure très avancée dans la nuit du lundi 28 février, que les 350 délégués convoqués aux Assises nationales ont achevé leurs travaux par l’adoption de la Charte de la Transition. Désormais, Paul Henri Damiba et ses compagnons d’armes disposent, en toute légitimité et en toute légalité, de tous les leviers du pouvoir pour conduire le Burkina Faso vers +l’horizon du bonheur+ et l’on peut, à cet effet, féliciter tous les acteurs, à commencer par les membres de la  commission technique d’élaboration des projets de texte et de l’agenda de la Transition jusqu’aux participants aux Assises nationales, pour n’avoir ménagé aucun effort pour parvenir à ces résultats », souligne le journal burkinabè.

Pour L’Observateur Paalga, « les yeux de Sandaogo (sont) désormais rivés sur Abuja », où se trouve le siège de la Cedeao qui doit apprécier maintenant la transition de trois ans que veut mener le lieutenant-colonel après avoir renversé le président Kaboré en janvier dernier. « Il faudra en tout cas en convaincre les partenaires du Burkina Faso, en l’occurrence la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui s’était contentée, dès la survenue du putsch, de suspendre notre pays de ses instances en attendant que les nouvelles autorités précisent le deadline pour un retour à une vie constitutionnelle normale », a noté le quotidien burkinabè.

« Burkina: transition de 36 mois attend réaction de la Cedeao ! », s’exclame Wakatsera. En revanche, précise le journal, « la Charte, tout comme le putsch qui a déposé Roch Marc Christian Kaboré le 24 janvier, a été accueilli dans un consensus qui montre à quel point les populations appelaient de leurs vœux le changement. Non pas parce que le putsch militaire du Lieutenant-colonel Damiba, était l’un des plus accomplis dans un Burkina dont, depuis les indépendances, aucun des chefs d’Etat n’a fini son mandat pour passer démocratiquement le témoin à son successeur, mais parce que les ressentiments contre le régime défunt avaient atteint leur paroxysme. Les populations en avaient simplement ras-le-bol d’une insécurité qui endeuillait, jour et nuit, les familles et décimait une armée qui subissait la puissance de feu d’adversaires possédant toujours une longueur d’avance sur les troupes ».

Au Mali, Maliweb se fait l’écho des Opérations Keletigui-Maliko menées par les forces armées du pays contre les terroristes. Les dernières manœuvres des militaires ont abouti aux résultats suivants : « 08 terroristes neutralisés et 16 autres interpellés ». L’armée malienne se félicite ainsi de la consolidation de ses « acquis opérationnels face à des terroristes de plus en plus fébriles ». Toutefois, ces derniers « disposent des capacités de nuisance reposant désormais sur la pose des engins improvisés, le les tirs indirects et récemment des civils pris comme boucliers humains », note-t-elle dans un communiqué.


Sur les sanctions de la Cedeao sur le Mali, le quotidien sénégalais L’AS note que « le Sénégal (est) victime des sanctions » de l’organisation sous-régionale. Il se trouve que le Mali a commencé à exporter son coton via les ports mauritaniens au détriment du Sénégal qui est son premier partenaire commercial, explique le journal.

Walf Quotidien revient sur les émeutes du 3 au 8 mars 2021, « la semaine où tout a basculé » dans ce pays. Un an après les événements provoqués par l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko, accusé de viols par la jeune masseuse Adji Sarr, le journal sénégalais note que les choses semblent rester en l’état. « Pouvoir et opposition s’accusent mutuellement sans qu’une responsabilité ne soit établie sur les 14 morts des émeutes », déplore le quotidien.

Vox Populi consacre sa Une à cet anniversaire des événements tragiques de mars 2021 au Sénégal. Et c’est pour reprendre l’interview qu’a accordée Adji Sarr aux médias français dont le quotidien Le Monde. « Je ne crois pas en la justice de mon pays, car celle-ci et l’Etat craignent Sonko », dit la jeune fille de 20 ans.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut