International › AFP

La Zambie suspend une chaîne de télévision proche de l’opposition

L’autorité de régulation des médias en Zambie a annoncé lundi la suspension pendant un mois de la licence d’une chaîne de télévision proche de l’opposition, accusée par le pouvoir de parti pris.

Lancée en 2013, la chaîne Prime TV critique ouvertement le gouvernement du président Edgar Lungu.

L’autorité de régulation des médias, Independent Broadcasting Authority (IBA), « a décidé de suspendre la licence » de Prime TV « pour trente jours avec effet immédiat », a déclaré une responsable de l’IBA, Josephine Mapoma, lors d’une conférence de presse à Lusaka. « Pendant la période de suspension, la chaîne doit organiser une formation en interne sur le journalisme, la déontologie et l’écriture de scripts ».

La semaine dernière, le secrétaire général du Front Patriotique (au pouvoir), Davis Mwila, s’était plaint auprès de l’IBA de la « couverture médiatique partiale » de Prime TV.

La décision de l’IBA n’est pas contestable, a regretté le directeur de la chaîne, Gerald Shawa, interrogé par l’AFP.


Prime TV, qui emploie plus de 60 journalistes et assistants, est l’une des deux plus grandes chaînes privées de Zambie, avec MUVI-TV.

Le climat politique est tendu dans ce pays d’Afrique australe depuis la présidentielle remportée en 2016 par le sortant Edgar Lungu avec à peine 100.000 voix d’avance sur l’opposant Hakainde Hichilema.

Depuis, le chef de l’Etat est régulièrement accusé par ses adversaires politiques de dérive autoritaire.

En février, l’opposition avait annoncé son intention de porter plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) contre Edgar Lungu, qu’elle accuse d’avoir tenté d’éliminer Hakainde Hichilema.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut