International › APA

L’Afrique, choix stratégique du Maroc

Pas d'image

Depuis son intronisation en juillet 1999, le Roi Mohammed VI a placé l’Afrique au cœur de ses choix stratégiques, réaffirmant ainsi l’identité africaine du Royaume et renforçant progressivement sa position sur le continent, une vocation africaine qui a pris certes une nouvelle dimension en s’inscrivant dans le cadre d’une vision de long terme.Par Hicham Alaoui

Cette nouvelle dynamique du Royaume envers le continent, qui a pris un élan des plus remarquables sous la conduite du Roi Mohammed VI depuis son accession au Trône, est la continuité et la consécration de relations séculaires fondées sur des modèles socio-historiques et spirituels ancestraux. 

Outre les liens ancestraux qui remontent loin dans l’histoire et qui témoignent d’un rayonnement spirituel et culturel du Royaume au niveau du continent, l’histoire contemporaine atteste d’une forte présence du Maroc sur la scène africaine.

En effet, dès l’année 2000, le souverain a décidé de supprimer les dettes des pays africains, en vue d’alléger les fardeaux qui pesaient sur leur budget, bâtir un avenir commun et radieux du continent africain afin de mieux servir les citoyens africains.

Après ce geste royal de supprimer les dettes des pays africains, le Souverain s’est rendu sur le terrain en multipliant ses visites dans plusieurs contrées africaines, lançant des projets structurés et structurants en commun avec ces pays, investissant dans la proximité pour répondre aux attentes des Africains et agissant pour promouvoir le continent.

C’est dans cet esprit que des partenariats gagnant-gagnant ont été conclus et réconfortés par l’héritage culturel, religieux et historique qui lie le Royaume à ses partenaires africains. Ce qui a balisé la voie à des stratégies économiques et commerciales entre le Maroc et les pays africains.

Dans ce sens, l’expérience et l’expertise marocaines ont été mises à contribution par des pays africains et leurs institutions afin de développer les secteurs de l’économie, du commerce, de l’agriculture et des nouvelles technologies. Cette approche a été concluante sur les échanges commerciaux du Maroc avec ses partenaires africains.

Ces échanges ont pris une tendance exponentielle en passant de 4.6% de l’ensemble des échanges du Maroc à 6.4%, se chiffrant à près de 3,6 milliards d’euros (38 milliards de dirhams). L’Afrique s’est ainsi confortée comme premier bénéficiaire des investissements du Maroc dans le continent grâce à ce développement de partenariats gagnant-gagnant et l’implication royale en faveur du développement du continent.

Ceci a permis au Royaume de s’imposer comme l’un des principaux investisseurs sur le continent grâce au dynamisme de ses banques, qui facilitent les exportations marocaines vers les pays africains.

En outre, l’organisation de l’économie marocaine, orientée vers la promotion de la coopération sud-sud, grâce à la volonté royale a consolidé la position du Maroc dans le continent.

Pour bien traduire sur le terrain cette volonté, le Roi Mohammed VI a entrepris des tournées dans plusieurs pays africains où il s’était enquis de plusieurs projets et programmes de développement, financés par le Royaume.


Du Sénégal en passant par le Burkina Faso, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Cameroun, le Bénin, la Gambie, le Niger, le Nigeria, le Congo Démocratique, l’Ethiopie, le Rwanda, la Tanzanie et bien d’autres pays, les visites royales ont été autant d’occasions pour la signature de conventions et d’accords de coopération et le lancement de projets sociaux au profit des populations, en particulier en milieu rural et dans les zones reculées où les services sociaux font défaut et les besoins humanitaires sont énormes.

La réalisation du gazoduc maroco-nigérien s’inscrit dans cette approche. Ce pipeline permettra de relier les deux pays, de renforcer leur coopération dans ce domaine et servir l’axe de l’Afrique-Europe.

Le secteur de la finance et celui des télécommunications ont été aussi explorés, en dépit de la forte concurrence internationale, permettant au Maroc d’apporter sa pierre à l’édifice de construction de l’Afrique. Le journal ajoute que ces investissements sur le terrain se développent et se renforcent, au grand bonheur des Africains et des Africaines.

Aussi, le Roi Mohammed VI œuvre personnellement à la promotion d’une solidarité effective pour un développement humain durable en Afrique, lequel figure parmi les priorités de l’action diplomatique du Royaume.

2017, reste une année charnière dans les relations Maroc-Afrique. C’est ainsi que le début de cette année marquera le retour du Maroc à sa famille institutionnelle à l’Union africaine. Un retour considéré comme le couronnement de l’intense politique africaine du Maroc qui a atteint un nouveau seuil grâce à l’engagement fort et constant du Roi Mohammed VI, qui n’a eu de cesse de faire de la coopération avec les pays africains un des axes majeurs de la politique étrangère du pays.

Le retour du Maroc au sein de l’UA ouvre de nouveaux marchés économiques pour le Royaume notamment dans le secteur agricole et des services. Pour rappel, les deux tiers des investissements étrangers du Maroc sont destinés à l’Afrique, ce qui a fait du Royaume le deuxième investisseur africain dans le continent et le premier dans l’ouest de l’Afrique, sachant que plus de 1.000 entreprises marocaines sont implantées en Afrique, notamment en Afrique subsaharienne, dans des secteurs aussi vitaux que l’agriculture, les banques et les finances, les télécommunications, l’immobilier, l’industrie pharmaceutique et la production d’engrais.

Décidément, la décision historique du Maroc de retourner au sein de l’aréopage africain est un acte qui a permis d’ouvrir une nouvelle page exaltante pour le Royaume dans ses relations avec l’Afrique.

La présence du Maroc au sein des structures de l’UA, outre sa présence économique, financière, religieuse et sa politique remarquée sur l’immigration, est de nature à lui permettre d’imprimer une nouvelle dynamique au sein de l’Organisation continentale et d’infléchir le rapport de force en faveur du renforcement de la sécurité, de la stabilité et du progrès du continent.

Il est certain que l’avenir politique, économique, culturel et sécuritaire du Maroc demeure intimement lié au continent africain, expression de la profondeur stratégique.

Qu’on se le dise, l’Afrique est indéniablement le relais de croissance naturel du Maroc. Au-delà d’être un partenariat gagnant-gagnant/Sud-Sud, le modèle marocain en Afrique épouse les contours d’un réel cadre de co-développement.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut