International › AFP

Le candidat à la mairie du quartier des affaires d’Abidjan reconnait sa défaite

Le candidat à la mairie du Plateau, le quartier des affaires de la capitale économique de Côte d’Ivoire, a annoncé lundi qu’il reconnaissait sa défaite alors que des troubles avaient eu lieu samedi et dimanche autour des résultats contestés par les deux camps.

« Mes représentants m’informent que les derniers dépouillements ne sont pas en notre faveur. Malgré tous les éléments de recours documentés dont nous disposons, j’estime que nul engagement, nulle conviction ne vaut la paix et la stabilité. Je veux donc prendre acte de ces remontées et remercier les habitants du Plateau », a dit Fabrice Sawegnon dans un communiqué transmis à l’AFP et sur les réseaux sociaux.

Un membre de son équipe a confirmé à l’AFP que M. Sawegnon renonçait à la mairie.

Spécialiste de la communication ayant orchestré les campagnes de plusieurs chefs d’Etat africains, M. Sawegnon, qui était soutenu par le coalition du président Alassane Ouattara, était opposé au député de la circonscription membre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), qui a claqué la porte de la coalition gouvernementale il y a deux mois.

Leur duel était un des affrontement les plus médiatiques des municipales du 13 octobre et M. Sawegnon avait fait une grosse campagne pour prendre la mairie de la commune la plus riche du pays et contrôlée jusqu’en août par Noël Akossi Bendjo, membre du PDCI. Celui-ci avait alors été révoqué pour détournement de fonds mais plaidé son innocence criant au procès politique.


L’annonce des résultats au Plateau a donné lieu à un imbroglio électoral. Samedi soir, une fois le dépouillement terminé, la Commission électorale du Plateau n’a pas procédé à la compilation des voix en raison de l’absence mystérieuse de ses deux présidents. Après une nuit de tension, les urnes ont été transférées dimanche à la Commission électorale indépendante (CEI) départementale nord-est d’Abidjan. Les forces de l’ordre y ont dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogène. En début d’après-midi, lors de la compilation, la CEI, sans proclamer de résultats, avait semblé donner la victoire à M. Sawegnon, malgré les protestations des représentants de M. Ehouo.

Dimanche soir, la dispersion d’une marche de plusieurs centaines de personnes soutenant M. Ehouou avait donné lieu à des échauffourées.

Le litige porte sur le fait que M. Ehouo est en tête dans pratiquement tous les bureaux, où le taux de participation avoisinait les 20%, alors que M. Sawegnon ne remporte qu’un seul lieu de vote où le taux de participation avoisine les 90%.

En renonçant lundi, M. Sawegnon va donc mettre fin au climat de tension qui a régné tout le week-end.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut