International › APA

Le coût élevé de la vie menace la vie des enfants africains (enquête)

Les gouvernements africains sont invités à investir davantage dans la protection de l’enfance.En Afrique, les enfants subissent de plein fouet les multiples crises dues à la Covid-19, aux conflits, à l’inflation et à la guerre en Ukraine. En octobre 2022, le Mouvement africain des enfants et jeunes travailleurs (MAEJT) a interrogé 335 enfants travailleurs, dont 193 filles et 142 garçons âgés de 9 à 18 ans, avec une moyenne d’âge de 15 ans, dans 63 localités pour déterminer leurs conditions de vie.

Cette enquête menée révèle que l’état actuel de l’économie mondiale a un impact direct sur la vie des enfants, de leurs familles et d’autres groupes vulnérables.

Si les États et les partenaires de l’aide au développement n’agissent pas rapidement, les risques d’exploitation et de mobilité transnationale des mineurs vont augmenter et devenir incontrôlables, rapporte l’enquête.

« Je suis sûr que certains de mes camarades de classe vont en rejoindre d’autres dans les sites d’extraction d’or », confie un garçon de 16 ans interrogé par les enquêteurs à Fada Ngourma, au Burkina Faso.

Pour cette jeune fille nigérienne de 16 ans, « nos fonds peuvent acheter des bombes nucléaires pour assurer la paix, mais pas pour des initiatives en faveur des droits de l’enfant ».

Les enfants africains se posent des questions sur le leadership africain et veulent savoir ce que l’État et le secteur privé ont investi en eux. « Nous avons si souvent entendu et vu les gouvernements allemand et suisse allouer des fonds pour l’éducation, la protection et la formation des enfants africains. Mais il est rare d’entendre ou de voir les gouvernements africains unir leurs forces pour soutenir des initiatives qui bénéficient directement aux enfants. Leurs priorités de dépenses sont les infrastructures, la politique et l’administration », déplore un jeune Ougandais de 15 ans.


La croissance économique n’est pas suffisante pour conduire le changement dont l’Afrique a besoin. Pour que les pays se développent réellement, réduire la pauvreté, construire de bonnes infrastructures et exploiter la paix, les communautés africaines doivent investir dans les droits de l’enfant et les initiatives de protection de l’enfance, éduquer les jeunes et créer des emplois décents.

L’absence de dépenses publiques suffisantes, efficaces, inclusives et efficientes en faveur des enfants est l’un des principaux obstacles à la réalisation des droits de l’enfant. Les engagements politiques et législatifs pertinents restent des promesses vides si les gouvernements ne génèrent pas et n’allouent pas équitablement des ressources adéquates pour leur mise en œuvre dans leurs budgets locaux et nationaux, et ne garantissent pas une utilisation efficace et efficiente de ces ressources.

La Convention relative aux droits de l’enfant ainsi que la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant imposent à tous les États parties, y compris à la communauté internationale, l’obligation de mobiliser et d’allouer des ressources afin d’investir dans les enfants.

Ces deux instruments reconnaissent que ce n’est qu’à travers les budgets gouvernementaux que les services publics aux enfants, dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la protection sociale, sont réalisés.

A l’occasion de la commémoration de la journée internationale des droits l’enfant le 20 novembre 2022, les enfants africains appellent à des solutions locales, notamment la création de fonds africains pour les enfants africains.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut