International › APA

Le Cres «à l’origine de la directive de la Cedeao» sur le tabac (officiel)

Le Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) a joué un rôle majeur dans la taxation du tabagisme par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), a révélé mercredi 23 février un officiel sénégalais.La directive de l’organisation sous-régionale, adoptée en décembre 2017, fixe un « un taux minimum de taxe ad valorem de 50% et une taxe spécifique de deux centimes de dollar américain par tige ».

Selon Abdoulaye Gningue, agent au ministère sénégalais des Finances et du Budget, « le Cres a été à l’origine » de la création de cette directive. Rendant hommage au directeur exécutif de ce consortium, Abdoulaye Diagne, il note que ce dernier s’est beaucoup investi pour matérialiser cette orientation en dépit des « obstacles ».

M. Gningue représentait son ministre de tutelle, Abdoulaye Daouda Diallo, à la cérémonie de clôture d’un atelier de deux jours organisé à Saly, à 80 km de Dakar, par le Cres pour lever les contraintes de la mise en œuvre des directives sur la fiscalité du tabac en Afrique de l’Ouest.

Plusieurs acteurs, notamment les représentants des régies financières sénégalaises, la société civile nationale et internationale, ont assisté à cette réunion didactique. L’objectif du Cres était de créer une synergie d’action pour appuyer l’application des directives de la Cedeao et de l’Uemoa.

Aujourd’hui, a relevé M. Gningue, « le grand combat qu’il faut mener est de faire en sorte que les deux directives soient en adéquation ». Il signale que l’effort doit être fait au niveau de l’Uemoa pour une migration de sa directive, a-t-il précisé. Il déplore le fait que certains pays aient un niveau de taxation du tabagisme « inférieur à 50 % » même s’il promet de s’impliquer, en sa qualité d’expert de l’union monétaire, pour une harmonisation des législations des pays de la région sur cette question.

« Convergences de vues »


La représentante de la Cedeao a, elle, « réitéré » les engagements de son organisation pour aider le Cres dans son combat contre le tabagisme. Ses conséquences macabres sont estimées chaque année à quelque huit millions de décès dans le monde, dont 500.000 en Afrique et 700.000 non-fumeurs, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« Si les Etats appliquaient la directive de la Cedeao, cela aurait un impact très positif. Cela augmenterait les prix de la cigarette de plus de 50% en moyenne et les recettes fiscales de près de 400% », a estimé pour sa part la Canadienne Rhiannon Mccluskey, chargée de communication du Centre international pour la fiscalité et le développement (ICTD).

Dans les discussions, un intervenant a plaidé en faveur d’une aide substantielle pour le Cres dans le but de travailler à corriger certaines considérations sur le tabagisme. Pour lui, de nombreuses personnes « pensent que la consommation du tabac est liée à la pauvreté », étant donné que l’Afrique compte « 700 millions de fumeurs ».

Par ailleurs, le directeur du Cres, Abdoulaye Diagne, s’est félicité de la tenue de cet atelier où les objectifs visés ont été « largement atteints ». Il s’agissait pour lui de « recueillir des avis, des analyses et des propositions ». A la fin, il a noté « beaucoup d’idées » et surtout des « convergences de vues ».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut