International › APA

Le dossier de la Commission électorale indépendante est «bouclé» (Ouattara)

Pas d'image

Le dossier sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), l’institution chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire est « bouclé», a affirmé mardi soir à Abidjan, le président ivoirien Alassane Ouattara annonçant que « je vais promulguer la loi aujourd’hui ».M. Ouattara s’exprimait dans un entretien diffusé sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, service public) dans le cadre de son adresse à la Nation pour la célébration du 59è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

« A partir du moment où l’Assemblée nationale et le Sénat ont voté, il n’y a plus de discussions. Les gens parlent comme si c’est la CEI qui va voter. Ce sont les ivoiriens qui vont voter. Maintenant, je vais promulguer la loi aujourd’hui parce que tout le processus est bouclé. Ce dossier est bouclé. Les uns et les autres désigneront leurs représentants et ils vont se mettre au travail », a indiqué le chef de l’Etat ivoirien.

 Répondant aux partis d’opposition qui continuent de dénoncer une composition partisane de cette institution, M. Ouattara a soutenu que si ceux-ci sont « de bonne foi», ils devraient reconnaître qu’il y a eu une amélioration.

Selon le président ivoirien, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples n’a pas demandé une réforme de la CEI, mais a plutôt  recommandé une recomposition pour mieux représenter la société civile.


« La société civile avait trois représentants. Maintenant, elle en a six. Nous avions une commission qui avait dix-sept membres où près de la moitié était sensée être proche du pouvoir. Maintenant, nous avons une commission qui a quinze membres et on ne peut considérer que le tiers qui est proche du pouvoir », a expliqué M. Ouattara.

En dépit de la réforme de l’institution chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire au terme de près de six mois de discussion entre le pouvoir, l’opposition et la société civile, des partis politiques d’opposition et des organisations de la société civile continuent de dénoncer la nouvelle CEI, estimant qu’elle ne répond pas à l’exigence d’impartialité.

 Cette réforme de la CEI  est intervenue en application des recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui a  ordonné aux autorités ivoiriennes,  dans un arrêt le 18 novembre  2016, de reformer cette institution estimant qu’elle est « déséquilibrée ».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut