International › AFP

Le financier américain Jeffrey Epstein découvert blessé dans sa cellule

Le financier américain Jeffrey Esptein a été retrouvé allongé par terre dans sa cellule avec des marques sur le cou, ont rapporté plusieurs médias américains, quelques jours après la décision d’un juge fédéral de le maintenir en détention.

Dans un état semi-comateux, le sexagénaire a été transporté dans un hôpital voisin du Metropolitan Correctionnal Center (MCC), la prison de Manhattan dans laquelle il est incarcéré dans l’attente de son procès, selon le New York Post.

Selon certaines sources citées par la chaîne NBC, Jeffrey Epstein pourrait avoir tenté de se pendre, même si les blessures constatées seraient sans gravité.

Toujours selon NBC, un autre détenu aurait été interrogé par l’administration pénitentiaire au sujet d’une possible agression.

Contacté par l’AFP, le Bureau des prisons (BOP) n’a pas donné suite immédiatement, pas plus que les trois avocats du financier ou le bureau du procureur fédéral de Manhattan.

Généralement utilisé pour les justiciables en attente de leur procès, le MCC est l’une des prisons les plus sûres des Etats-Unis. Le narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman, alias « El Chapo », y a séjourné durant plus de deux ans avant d’être transféré dans le Colorado vendredi.

Jeffrey Esptein est accusé d’agressions sexuelles sur des mineures. Il aurait organisé, durant plusieurs années, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles sous influence, certaines collégiennes, avec lesquelles il avait des rapports sexuels dans ses nombreuses propriétés.

– La piste parisienne –

Interpellé le 6 juillet à son retour aux Etats-Unis, il a été débouté le 18 juillet de sa demande de remise en liberté par le juge fédéral Richard Berman, qui a estimé que le procureur avait « établi le danger (que présente l’accusé) pour les autres et la société », ainsi que le risque de fuite.

Les avocats du financier étaient prêts à verser une caution de plus de 100 millions de dollars et proposaient une assignation à résidence à Manhattan, un bracelet électronique et l’installation de caméras pour suivre les allées et venues.


« Je doute qu’aucune formule puisse neutraliser le danger (que présente Jeffrey Epstein) pour la société », avait alors expliqué le juge, qui a fixé la prochaine audience au 31 juillet. L’accusé a fait appel de la décision.

Inculpé le 8 juillet d’exploitation sexuelle de mineures et d’association de malfaiteurs en vue d’exploiter sexuellement des mineures, Jeffrey Epstein est passible de 45 années d’emprisonnement.

Jeffrey Epstein a déjà été poursuivi et condamné en 2008 à 18 mois d’emprisonnement pour incitation à la prostitution après un accord passé avec les autorités, lequel ne tenait pas compte de la minorité des victimes et a fait couler depuis beaucoup d’encre.

Accusé de complaisance pour avoir consenti, à l’époque, à cet accord, l’ancien procureur fédéral de Floride Alexander Acosta a dû démissionner le 12 juillet de son poste de ministre du Travail de Donald Trump.

Les faits considérés dans le dossier pénal à New York portent sur la période allant de 2002 à 2005, mais l’avocat de plusieurs victimes présumées, Brad Edwards, a affirmé que Jeffrey Epstein avait continué, par la suite à recevoir chez lui de jeunes femmes, y compris lorsqu’il purgeait sa peine, en 2008, en semi-liberté.

La liste des contacts de Jeffrey Epstein était consignée dans un petit carnet noir. Selon des extraits publiés par plusieurs médias américains, le financier avait notamment répertorié une liste de jeunes filles à Paris.

Mardi, l’association Innocence en danger a demandé au parquet l’ouverture d’une enquête préliminaire pour faire la lumière sur les éventuels agissements de Jeffrey Epstein sur le territoire français.

Il n’y a pas d’enquête en cours suivie par le parquet de Paris, a appris jeudi l’AFP de sources judiciaires.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut