International › APA

Le gouvernement marocain « satisfait » du dialogue avec l’OCDE

Le Chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani a qualifié, lundi à Rabat, de « satisfaisant » le bilan du dialogue Maroc-Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) sur les politiques de développement territorial, s’étalant sur la période 2016-2017.« Ce programme s’est soldé par des résultats positifs et satisfaisants et a permis l’ouverture sur de nouveaux horizons, particulièrement au niveau de l’adoption des bonnes pratiques en matière de gestion et de gouvernance, a indiqué M. El Othmani dans une allocution prononcée à l’ouverture de l’atelier de restitution des travaux du dialogue Maroc-OCDE relatif au développement territorial.

Le Maroc est déterminé à renforcer le rapprochement et le partenariat stratégique avec l’OCDE, au service du chantier développemental qu’il entreprend, a-t-il affirmé, faisant remarquer que l’échange d’expérience et d’expertise dans le domaine du développement territorial nécessite davantage d’interaction.

Ce dialogue a été l’occasion de mener des discussions approfondies avec l’Organisation sur quatre axes, à savoir les grandes villes, la relation entre les milieux rural et urbain, les indicateurs territoriaux et la gouvernance de l’investissement, a ajouté le Chef du gouvernement, remerciant à cette occasion les experts nationaux et internationaux ayant contribué à ce projet, lancé en juin

2016.

De son côté, la directrice du Centre pour l’Entreprenariat, les PME, les régions et les villes de l’OCDE, Mme Lamia Kamal-Chaoui, a souligné que « l’objectif de ce projet était d’accompagner les priorités que le gouvernement du Maroc s’est fixées pour la mise en œuvre de la régionalisation avancée, adoptée en 2015 ».


Dans une synthèse des travaux menés dans le cadre de ce dialogue, Mme Kamal-Chaoui a relevé que « le Maroc compte actuellement huit centres urbains de plus de 500.000 habitants, qui concentrent à eux seuls 60% de la population et 3/4 du PIB national », reflétant ainsi l’importance des « métropoles qui sont à même de jouer leurs rôles de moteur pour l’emploi et la croissance du pays ».

Au Maroc, « les territoires ruraux abrite l’essentiel des ressources naturelles, des denrées agricoles et des matières premières », a-t-elle ajouté, mettant en avant l’intérêt du deuxième axe de travail, ayant porté sur le lien entre les milieux rural et urbain.

Le taux d’investissement total, public et privé, dans le Royaume représente 32% du PIB, comparé à 23% en moyenne pour les pays de l’OCDE, d’où l’importance du troisième axe de travail, relatif à la gouvernance de l’investissement, a relevé Mme Kamal-Chaoui, notant que les travaux se sont également articulés autour des indicateurs territoriaux sur lesquels repose le développement de politiques publiques cohérentes.

 Ce dialogue a été facilité par les échanges entre les acteurs marocains et une sélection d’experts d’autres pays de l’OCDE confrontés à des défis similaires dont le Chili, le Mexique et la Colombie, a-t-elle dit.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut