International › APA

Le khalife des mourides préconise l’arme pacifique contre les « attaques » à leur voie

Le très attendu discours du khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké a été principalement axé ce vendredi, à la cérémonie officielle du Magal 2019 célébré la veille, sur le « respect de la foi d’autrui », appelant surtout les disciples de la confrérie à rester pacifiques comme le fut leur guide Cheikh Ahmadou Bamba face aux « attaques ».« Concernant ceux qui attaquent la voie mouride sans cesse, le khalife général des mourides recommande aux disciples de ne guère verser dans la riposte et de répondre par la charité. Il suffira de suive l’exemple de Serigne Touba qui a pardonné à ses ennemis dès son retour d’exil. Dieu est Seul juge », a rapporté le porte-parole Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké devant l’émetteur de ce message Serigne Mountakha Mbacké.

Ce dernier, vêtu de grand boubou blanc comme son porte-parole, était assis avec plusieurs autorités (religieuses, diplomatiques, politiques), dont le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, sous un grand chapiteau dressé à la résidence Khadimou Rassoul, face à la grande mosquée de Touba.

« Chacun devrait se concentrer sur ses croyances et respecter celles des autres. C’est la clef de la paix », a dit le dignitaire mouride.

Ces derniers mois, la quiétude religieuse du Sénégal a été un peu ébranlée après que l’enchaînement de plusieurs épisodes, comme celui des filles qui ont été renvoyées d’une école privée catholique à cause de leur voile islamique, a créé la polémique.

Sur les réseaux sociaux également, des individus ont remis en cause dernièrement des représentations ou postures qu’affichent souvent certaines confréries qui à leurs yeux éloignent les fidèles de l’orthodoxie islamique.

Par exemple, un célèbre imam a essuyé de nombreuses critiques après avoir fait une publication qui décrie des images de Serigne Touba qui se trouveraient dans le lieu de prière de Massalikoul Jinaan, la nouvelle grande mosquée mouride inaugurée en fin septembre à Dakar.

Un autre enseignant-chercheur dans les sciences islamiques avait à son tour contredit le porte-parole du khalife des mourides, qui disait dans une vidéo que les chefs d’Etat du Sénégal sont élus par le fondateur du mouridisme. Une posture qui avait fortement indigné des disciples mourides à cause du ton employé par cette personne contre Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké.

Le Sénégal est un pays à 95% de musulmans dont la plupart pratiquent l’islam soufi à travers des confréries comme le mouridisme, dont la conduite de l’aspirant aussi doit reposer sur l’application du « ndigël » ou la consigne du marabout. « Aux mourides, le ndigël est de ne jamais verser dans la riposte face aux attaques », a ainsi  insisté le khalife des mourides.


Par ailleurs, il a aussi demandé aux autres foyers religieux du pays de ne pas laisser la place aux « démons de la division » en vue de réaliser leurs objectifs. Il les demande de « rester davantage  soudés et de ne jamais accepter que  les tentatives de division perpétrées par des forces obscures, à travers les médias, ne réussissent leur forfaiture ».

Avec ces derniers également, Serigne Mountakha Mbacké a appelé « à préserver l’héritage du prophète Mohamed pour que la nouvelle génération incarnée par les jeunes puisse se prémunir des effets néfastes de cette mondialisation ».

Pour lui, cela se fera par la promotion de « l’éducation islamique » et le développement du « culte du travail et le pardon », des qualités qui symbolisent l’essence même du mouridisme.

Le Magal qui commémore le départ en exil au Gabon de Serigne Touba a été marqué dans sa 125e édition par de réels problèmes d’approvisionnement en eau.

Prenant la parole, le ministre Aly Ngouile Ndiaye a presque réitéré les propos du chef de l’Etat lors de sa visite la semaine dernière dans cette ville religieuse du centre, en notant qu’un « audit du réseau hydraulique » allait être réalisé pour le règlement de ce problème.

Au plan sécuritaire du Magal 2019, la police a fait état de 138 interpellations d’individus pour « diverses infractions » (chanvre indien, vérification d’identité, jeux de hasard…) là où les sapeurs-pompiers ont dénombré pour leur part 15 décès sur un total de 519 victimes dues aux accidents de circulation..



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut