International › APA

Le projet de gazoduc Maroc-Nigeria commence à prendre forme

Le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc commence à prendre forme, aussi bien sur le plan de l’étude de sa faisabilité, de son tracé, qu’au niveau de ses répercussions économiques sur les deux pays et sur les pays traversés.Ainsi, lors d’une cérémonie de signature d’accords présidée par le Roi Mohammed VI et le président nigérian, Muhammadu Buhari, il a été annoncé que la conception de ce projet était arrivée à un stade très avancé. Pourtant, l’idée de ce gazoduc stratégique a germé il y a à peine quelques mois.

Le quotidien +Al Akhbar+ dans sa livraison de ce mardi a rappelé qu’au cours de la visite d’Etat du Roi Mohammed VI au Nigeria, en décembre 2016, que les deux dirigeants ont pris cette décision. Moins de cinq mois après, l’accord de construction du gazoduc était signé à Rabat (15 mai 2017) entre la Compagnie de pétrole nationale nigériane (NNPC) et l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), ces deux entités ayant été chargées d’élaborer une étude de faisabilité aussi bien technique, économique, que juridique et politique. Mission accomplie.

M. Garba Said, directeur général de la NNPC, et Mme Amina Benkhadra, Directrice générale de l’ONHYM, ont révélé les détails de ce projet. Selon les deux responsables, l’étude de faisabilité s’est déroulée de «manière efficace et constructive» et a été ponctuée par le choix d’un tracé mixte du gazoduc qui rallie l’offshore et l’onshore.

La construction devrait se faire en plusieurs étapes, dans le but de se concerter avec les pays traversés par le gazoduc. D’ailleurs, Farouk Garba Said et Amina Benkhadra ont annoncé le lancement de la deuxième étape du projet, qui devrait impliquer ces pays et la CEDEAO. Du coup, les deux parties pourront finaliser les coûts d’investissement et d’exploitation et contacter les banques internationales pour son financement.

De son coté, le journal +Al Ahdat Al Maghribia+ relate tous les détails de la cérémonie de signature des trois accords et met en exergue l’avancement prometteur du projet, ainsi que l’importance stratégique de ce gazoduc. Le quotidien a, en effet, recueilli les propos de Moussaoui Al Ajlaoui, chercheur à l’Institut des études africaines. Ce dernier considère que le fait d’arriver à ce stade de la conception du projet démontre que les deux pays se sont engagés pour de bon dans la réalisation de ce gazoduc. «Bien plus, les deux pays ont pris toutes les précautions pour endiguer tout obstacle susceptible d’entraver la réalisation de ce projet stratégique», ajoute-t-il.


D’une distance de près 5.660 km, le projet de gazoduc MarocNigeria vise à accélérer les projets d’électrification dans la région, servant de base pour la création d’un marché régional compétitif de l’électricité, susceptible d’être relié au marché européen de l’énergie.

Il permettra aussi de développer des pôles industriels intégrés dans la sous-région, dans des secteurs tels que l’industrie, l’agro-business et les engrais, afin d’attirer des capitaux étrangers, d’améliorer la compétitivité des exportations et de stimuler la transformation locale des ressources naturelles.

Le Nigéria, 22e producteur mondial de gaz, 5e exportateur dans le monde et premier en Afrique, exporte essentiellement par voie maritime, son gaz naturel liquéfié. Actuellement, Le gaz naturel est exporté en petites quantités à travers un gazoduc, qui relie le Nigéria au Bénin, au Togo et au Ghana.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut