International › APA

Le respect des droits humains est une « garantie pour la paix et la sécurité » (Secrétaire d’Etat)

La Secrétaire d’Etat auprès du ministre ivoirien de la justice chargée des droits de l’homme, Aimée Zébéyoux a soutenu, mercredi soir à Abidjan, que le respect des droits humains peut « garantir la paix et la sécurité ».« Le respect des droits humains peut garantir la paix et la sécurité .C’est  un outil de consolidation de la réconciliation nationale », a déclaré la  Secrétaire d’Etat à l’ouverture du 10 ème festival de promotion des droits humains par le cinéma, Ciné Droit libre, autour du thème, « justice : levez- vous!».

Mme Zébéyoux qui a salué l’initiative de Ciné Droit Libre, a  invité les organisateurs et le public à  «faire de cette opportunité une occasion pour une véritable prise de conscience ».

Le Coordonnateur du festival, Yacouba Sangaré, justifiant la thématique centrale de cette édition a regretté l’accès à la justice qui  « demeure une problématique après cinq décennies d’indépendances en Afrique ».

Au cours de cette édition de Ciné  droit libre, il s’agit de « susciter sans passion, un débat franc et contradictoire ».

 Kinshasa Makanbi de Dieudi Hamadu  a été le premier film d’ouverture de  cette édition. Il retrace des mouvements de contestation au Congo, réprimés par les forces de défenses.


Le festival ciné droit libre, est un festival alternatif consacré aux films sur les droits humains et la liberté d’expression en Afrique.

Il a été créé en 2005, par l’association Semfilms au Burkina Faso et est organisé en Côte d’Ivoire par l’association ciné connexion depuis 2008.La projection d’un film au cours de ce festival est suivie d’un débat.

Selon le programme, une dizaine de films entre autres « essentiellement des documentaires engagés sur les questions des droits humains, seront projetés jusqu’au samedi prochain , au Goethe-Institut, à l’Institut Français, à l’Espace Balafon (Cocody Attoban), dans des établissements scolaires et sur des places publiques au cœur des quartiers défavorisés à Yopougon, Treichville et Port-Bouët et dans le village d’Agbabou.

Il s’agit entre autres de « The Congo Tribunal » de Milos Rau (Allemagne-Suisse), « Kinshasa Makambo» de Dieudo Hamadi (RD Congo-France),  « La République des corrompus » de Salam Zampaligré (Burkina Faso),  « Bienvenue à la Maco » de Janusz Mrozowski (France-Pologone),  «Malaria Business » de Bernard Crutzen (Belgique) et «La maladie du démon» de Lilith Kugler (Allemagne) ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut