International › APA

Le retrait de la CAN 2019 est une «injustice flagrante», selon Yaoundé

Le ministre camerounais en charge de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, a qualifié, samedi après-midi au cours d’un point de presse, d’«injustice flagrante» le retrait, la veille à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation en 2019 de la Coupe continentale des nations (CAN).Évoquant la «consternation», suscitée par cette mesure «étonnante à plus d’un titre», il a estimé que cette décision ne rendait justice ni aux investissements colossaux consentis par le pays et qui se traduisent aujourd’hui par de belles infrastructures modernes visibles de tous, ni à l’engagement déterminé du chef de l’État Paul Biya et au peuple camerounais, à déployer les efforts nécessaires pour abriter une fête éclatante du football africain.

«Force est de constater que notre pays a fait l’objet dès le départ, dans le cadre de ce dossier, d’un traitement qui ne peut que susciter des interrogations», a-t-il déclaré, demandant néanmoins aux citoyens de garder toute leur sérénité et de ne pas céder à la tentation des polémiques stériles.

Pour lui, le Cameroun n’a pas démérité et le prouvera à la face du monde, en poursuivant avec la même détermination la construction des belles infrastructures qui appartiennent au peuple camerounais et en les achevant, à bonne date, ainsi que s’y est engagé le chef de l’État.


Et Issa Tchiroma Bakary de souligner que «le football africain ne pourra se hisser au niveau de celui des continents plus avancés, sans le respect d’une certaine éthique», ajoutant que le Cameroun, qui a écrit certaines des pages les plus belles du sport-roi continental, continuera à œuvrer sans relâche, de concert avec les autres pays africains et les instances internationales du football, au développement du football du continent.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut