International › AFP

Le Zimbabwe dément avoir voulu enlever un dirigeant d’opposition

Le gouvernement du Zimbabwe a démenti dimanche que son service de renseignement ait tenté d’enlever le principal dirigeant d’opposition, Nelson Chamisa, au cours du week-end.

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a tweeté samedi que « des agents de la Central Intelligence Organisation (avaient participé) à une tentative avortée d’enlever » M. Chamisa au moment où il quittait un meeting à Marondera, à 72 kilomètres à l’est de Harare.

Le MDC a par la suite annoncé que M. Chamisa était sain et sauf.

Le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa a fermement démenti ces accusations.

« Le gouvernement est consterné après les accusations selon lesquelles des agents de l’Etat auraient tenté d’enlever des leaders d’opposition. C’est non seulement faux mais c’est aussi malveillant », a déclaré la ministre de l’Information, Monica Mutsvangwa, dans un communiqué.


Les hommes politiques de l’opposition avaient souffert de harcèlements et de violences lors du long règne de l’autoritaire président Robert Mugabe, au pouvoir pendant 37 ans et qui a été contraint à la démission sous la pression de l’armée et du parti au pouvoir il y a un an.

Le précédent dirigeant du MDC, Morgan Tsvangirai, avait été emprisonné à plusieurs reprises et passé à tabac par la police en 2007.

M. Chamisa, qui avait été battu à la présidentielle du 30 juillet par M. Mnangagwa, avait affirmé être le véritable vainqueur du scrutin.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut