International › APA

L’éco-diplomatie de Talon réchauffe les relations bénino-nigérianes

L’éco-diplomatie engagée par le chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, a permis l’ouverture partielle de la frontière entre le Bénin et le Nigéria, après 16 mois de blocage du trafic commercial.Sous le leadership de Patrice Talon et les efforts conjugués de la Cedeao et des ministres béninois des Finances, Romuald Wadagni et des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, les lignes ont fini par bouger, rapporte une note d’information transmise à APA, vendredi. 

La frontière a été partiellement rouverte en décembre 2020 à l’initiative du président nigérian Muhammadu Buhari, sans permettre pour autant la reprise du trafic de marchandises, seulement les piétons et les véhicules légers sont pour l’heure autorisés à franchir la frontière.  

L’objectif de M. Buhari de fermer les frontières avec les quatre pays limitrophes du Nigeria, le Bénin, le Niger, le Tchad et le Cameroun, le 20 août 2019, visait à freiner notamment la contrebande de riz et de poulets congelés déchargés au Bénin et réexpédiés à Lagos.  

La législation nigériane interdit la réexportation vers le pays, un géant ouest-africain, mais il est pratiquement difficile de faire respecter cette décision, car un sac de riz coûte près de deux fois plus cher au Nigeria qu’au Bénin, une aubaine pour des hommes d’affaires.  

Si cette décision unilatérale de l’Etat fédéral du Nigeria a officiellement été motivée par le seul préjudice économique que le pays dit subir, elle a entraîné une situation anormale au vu des accords et des relations historiques liant le Bénin et le Nigeria.  

Dès l’annonce de la fermeture de la frontière, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est impliquée directement dans les discussions entre les parties pour une issue heureuse.   

Une réunion de sortie de crise qui s’est tenue le 19 janvier dernier à l’initiative du chef de l’Etat du Bénin a ouvert des perspectives encourageantes pour les deux pays, même si la situation n’est pas encore débloquée.

Une réouverture totale à l’étude

Cette situation porte un coup à l’économie du Bénin, mais également un préjudice sur les opérateurs important des marchandises du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Togo, et qui transitent par le Nigeria, qui représente un marché important avec 200 millions de personnes.

La rencontre à huis clos qui s’est tenue le 19 janvier à Abuja à l’initiative du président Talon avec son homologue nigérian a permis d’examiner les modalités de sortie de crise et les moyens d’œuvrer à une intégration renforcée entre les deux pays, dans le cadre de la Cedeao.


Une coopération douanière est à l’étude pour  le déploiement de douaniers et de policiers nigérians au Bénin, notamment au Port autonome de Cotonou, afin de réaliser les contrôles nécessaires sur les marchandises destinées à être convoyées au Nigeria.

Cette entrevue a par ailleurs débouché sur la mise en place d’un Groupe de travail entre les autorités des deux pays pour régler les questions réglementaires préalables à la concrétisation de ce dispositif d’ici le 1er juin 2021.

Ces discussions sont une lucarne pour Buhari afin de rectifier le tir après une décision qui n’a pas été suivie des effets escomptés. D’autant plus que le pays a perdu beaucoup de devises et la fermeture des frontières a impacté d’autres importations.  

Le Bénin limite l’impact du blocus

Au niveau du Bénin, la catastrophe économique annoncée par certains observateurs n’a pas eu lieu, alors que le commerce informel avec la première puissance économique du continent représente 20% du PIB du pays.

Fort d’une croissance de 2% l’an dernier, le Bénin est parvenu à limiter l’impact de ce blocus malgré le contexte de la crise sanitaire de la Covid-19, qui a réduit les échanges dans l’espace UEMOA et affecté le Produit intérieur brut (PIB) des Etats.  

Cotonou fait montre d’une résilience économique, ce qui atteste de l’efficacité de la restructuration de son économie dans le cadre du Programme d’action gouvernemental. Le pays appelle à un trafic intra régional dans le respect des accords de coopération.

Loin de régler les problèmes de contrebande, cette situation s’est aussi avérée préjudiciable pour les économies des deux voisins, principalement pour celle du Nigeria. Faute de reprise du trafic de marchandises entre le Bénin et le Nigeria, les commerçants poursuivent des trafics jamais interrompus.

Sans surprise, les importateurs nigérians ont adapté leurs activités à cette nouvelle donne, venant au Bénin par voie maritime, chargeant le riz à même la plage avant de repartir au Nigeria, où  l’inflation a atteint des sommets et la flambée du prix des denrées alimentaires a frôlé les 20% en novembre dernier.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut