International › APA

Législatif, économie et migration au menu des quotidiens marocains

Le lobbying au Parlement, les enjeux de la signature du Pacte mondial sur les migrations et le développement des relations économiques Maroc-Afrique sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce lundi.Abordant les pratiques de lobbying au parlement, +l’Economiste+ estime nécessaire que le système politique marocain mette fin, au plus vite, au silence qui caractérise les pratiques de lobbying au parlement, comme l’a récemment illustré le processus de vote pour la taxe soda, qui n’a émané qu’en deuxième chambre.

Si l’exercice de production législative ne peut pas fonctionner en milieu fermé, la transparence constitue cependant un principe de base et un garde-fou. C’est toute la chaine du processus d’influence qui est interpellée, y compris les garanties d’indépendance de la production scientifique et technique, sur laquelle les parlementaires vont prendre appui pour le vote, explique l’éditorialiste.

Si elle permet de moraliser les pratiques et d’atténuer la défiance vis-à-vis de l’action politique, la transparence n’est pas le fort des réseaux de lobbying au sein du parlement marocain. Dans le cas d’espèce, très peu d’informations filtrent sur les documents préparatoires, les PV des réunions, l’identité des interlocuteurs et les critères de négociations, relève-t-il, soulignant que le modèle marocain, en vivant caché, entretient finalement la suspicion et qu’en conséquence, le lobbying gagnerait dès lors à être codifié, normalisé et surtout à être déployé sous la lumière.

+Aujourd’hui le Maroc+ revient sur les enjeux de la signature du Pacte mondial sur les migrations, que Marrakech accueille les 10 et 11 décembre courant. La publication affirme que bien que ce Pacte ait subi depuis quelques semaines des attaques de plusieurs parties, il s’agit d’un pas dans le bon sens qui doit concourir à changer les regards sur la migration à l’échelle planétaire.

L’objectif est d’en faire une stratégie, une vision, une feuille de route pour façonner les stratégies concernant la migration partout dans le monde tout en faisant en sorte de s’adapter aux contraintes, constate le quotidien, soulignant que le Maroc, en tant que pays modèle, offre aujourd’hui son expérience dans la gestion des flux migratoires.


La même publication rapporte que L’Afrique est devenue une priorité dans la stratégie économique extérieure marocaine. Le continent est aujourd’hui une destination phare des investissements marocains.

37 milliards de dirhams est la valeur des investissements directs marocains réalisés en Afrique sur la période allant de 2003 à 2017. Ce chiffre constitue l’essentiel des investissements directs étrangers sortants du Maroc, avec une part moyenne de 60% des flux sortants globaux. 55% de ces flux sont adressés aux pays de l’Afrique de l’Ouest contre 25% en Afrique du nord, 15% en Afrique centrale et 5% en Afrique australe, précise le journal.

Ces données, relevées dans la dernière étude réalisée par le département des Finances, démontrent à quel point le Maroc consolide progressivement son positionnement sur le continent. Une présence qui répond pleinement aux ambitions du Royaume formulées dans sa vision stratégique basée sur des rapports équilibrés et bénéfiques avec l’ensemble des pays voisins. Le Maroc a réussi au fil des ans à s’ériger comme l’un des premiers investisseurs africains de l’Union économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale, écrit-il.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut