International › APA

L’élevage contribue pour 24% au PIB mauritanien (officiel)

L’élevage contribue à hauteur de 24% au PIB en Mauritanie et y assure également 14,6% de l’offre d’emploi, a déclaré le ministre mauritanien de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’information et de la communication.Selon Sidi Ould Salem qui s’exprimait à l’ouverture, jeudi à Nouakchott, de la 47ème session du Conseil d’Administration de l’École inter-États des sciences et médecine vétérinaires de Dakar (EISMV),  son pays dispose d’importants cheptels évalués à 16 millions d’ovins et caprins, 1,6 million de bovins et 1,4 million de camelins.

Il a par ailleurs souligné que l’EISMV est aujourd’hui l’une des institutions universitaires sous-régionales qui forcent l’admiration et le respect en dépit de quelques difficultés rencontrées liées à l’environnement économique et financier de plus en plus contraignant.

C’est « un outil précieux pour nos Etats et nous devons ensemble œuvrer pour la rendre davantage visible et la faire mieux connaitre », a plaidé Ould Salem, ajoutant que le gouvernement mauritanien est bien conscient du rôle que peut jouer cette école.


C’est pourquoi, a-t-il dit, le département de l’enseignement, en coordination avec celui en charge de l’élevage, a commencé récemment à encourager les étudiants à la formation au sein de l’EISMV dans le but de combler, à court et à moyen termes, le déficit constaté en ressources humaines dans ce domaine.

Outre le Sénégal et la Mauritanie, l’EISMV, créée en 1968, regroupe le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la République du Congo, le Gabon, le Mali, le Niger, la République centrafricaine, le Rwanda, le Tchad et le Togo.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut