International › APA

Les 70 ans de la Déclaration universelle des Droits de l’homme célébrés en présence de Simone Gbagbo

La Côte d’Ivoire, à l’instar des pays du monde entier, a célébré le 70é anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), lundi, à la place Ficgayo à Yopougon (Ouest) en présence de l’ex- première Dame, Simone Ehivet Gbagbo, à l’initiative de la Commission nationales des droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI).Cette commémoration autour du thème « œuvrons pour l’égalité, la justice et la dignité humaine», a été l’occasion pour le  Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres d’interpeller le monde qu’ «aujourd’hui plus que jamais, il nous appartient clairement et collectivement de défendre les droits de l’homme pour chacun, partout dans le monde», a-t-il déclaré dans un message lu par Mohamed Touré, le Représentant résident du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR, représentant du Coordonnateur du système des Nations Unies.

Selon M. Guterres, les droits de l’homme sont «assaillis» de toutes parts, «les valeurs universelles se délitent et l’État de droit est en recul».

Ce qui a fait dire à Mme Namizata Sangaré, présidente de la CNDHCI que la DUDH adoptée le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale de l’ONU, « d’une grande portée historique et universelle demeure toujours d’actualité, 70 ans après».

«70 ans après, ce texte a plus d’influence sur l’humanité que n’importe quel autre document. Traduit dans plus de 500 langues, il est la source où s’abreuvent les Droits de l’homme pour inspirer notre monde», a fait remarquer Mme Sangaré.

Au niveau national, elle a rappelé que la Côte d’Ivoire fut le premier pays africain à l’époque à avoir adopté une loi qui promeut spécifiquement les défenseurs des droits humains.


«Outre les membres de la CNDHCI, la loi ivoirienne protège tout défenseur des droits de l’homme au sens large», a précisé la présidente Namizata Sangaré, soulignant que «la DUDH est la première reconnaissance universelle des libertés et des droits fondamentaux inhérents à tout être humain indépendamment des considérations liées à la nationalité, au sexe, à la résidence, à la couleur, à la religion, à la langue ou tout autre situation».

Pour Mme Sangaré, la commémoration du 70è anniversaire de la DUDH donne l’occasion « de nous interroger sur notre engagement en faveur de l’amélioration des droits de l’homme».

Une visite de stands, trente au total, de différentes organisations de défense de droits humains a clos la cérémonie rehaussée par la présence plusieurs têtes couronnées du District d’Abidjan.

La DUDH, composée de 30 articles, garantit aux populations le droit à l’éducation, à la santé, à la liberté d’expression, à la sécurité et à la paix, à l’information, à un environnement sain…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut