International › APA

Les aveux de l’Etat sur les difficultés budgétaires résument l’actualité sénégalaise

La sortie du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ sur les tensions de trésorerie se paie la Une des quotidiens sénégalais reçus mercredi à APA.« Difficultés de trésorerie-Amadou Bâ sa coulpe », titre Le Quotidien, dans lequel journal, le patron des finances publiques sénégalaises affirme : « C’est dû au cours du baril (de pétrole) et à l’année sociale. Ce sont des difficultés provisoires voulues par le gouvernement ».

« Tensions budgétaires au Sénégal-Le temps des aveux », rapportent nos confrères d’EnQuête, soulignant que le ministre a expliqué que ce sont des « difficultés voulues, souhaitées par le gouvernement, du fait de la politique sociale menée actuellement ».

Pour Sud Quotidien, suite à ces tensions de trésorerie au Sénégal confirmées par la Banque mondiale, « Amadou Bâ fait son mea culpa », faisant dire à L’As que « Amadou Bâ avoue et s’explique ».

Pendant ce temps, Le Soleil parle de la coopération entre la Banque mondiale et le Sénégal et informe que le portefeuille de l’institution de Bretton Woods est passé de 700 à 1065 milliard f cfa.

En politique, Vox Populi écrit qu’après sa sortie sur Amnesty, Karim et Khalifa Sall, « Macky essuie une riposte massive ».


« C’est une tentative de diaboliser et de dénigrer, mais cela ne nous perturbe pas », dit Seydi Gassama, directeur exécutif d’Amnesty Sénégal, au moment où le Forum civil, section sénégalaise de Transparency international dénonce « une attitude frileuse et antidémocratique ».

Pour la transparence et la sincérité du processus électoral, en perspective de la présidentielle, Sud Quotidien rapporte que « magistrats et société civile s’engagent ».

Walf Quotidien consacre sa Une à ce fait de société concernant « l’ambassadeur de France (qui, de retour de la Casamance) échappe à un crash » car, son pilote est mort d’une crise cardiaque à son atterrissage à l’Aéroport International Blaise Diagne de Diass (AIBD).



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut