International › AFP

Les Comores, un micro-Etat pauvre dans l’océan Indien

L’archipel des Comores, où se tient une présidentielle anticipée dimanche, figure parmi les pays les plus pauvres au monde, longtemps agité par des coups d’Etat et crises séparatistes.

Le président sortant Azali Assoumani est quasiment assuré de l’emporter, ses principaux opposants n’ayant pas été autorisés à concourir.

– « Iles de la Lune » –

L’archipel regroupe les îles de Grande-Comore, Anjouan et Mohéli, abritant près de 814.000 habitants, dont plus de la moitié âgés de moins de 20 ans (Banque mondiale 2017).

D’une superficie de 1.870 km2, les Iles Comores (« Iles de la lune » en arabe) sont situées à l’embouchure du canal du Mozambique, au large de l’Afrique orientale, dans l’océan Indien.

Le volcan Karthala, à 2.361 mètres d’altitude, surplombe la capitale Moroni sur l’île de la Grande-Comore.

Islamisées depuis le XIIe siècle, les Comores comptent 99% de musulmans, majoritairement sunnites. La nouvelle Constitution adoptée en juillet consacre l’islam comme religion d’Etat.

Le pays est membre de la Ligue arabe.

– Mayotte, pomme de discorde –

Les Comores ont proclamé leur indépendance de Paris en 1975 mais l’île de Mayotte a décidé de rester dans le giron français.

Toujours revendiquée par Moroni, soutenu par plusieurs résolutions de l’ONU, Mayotte nourrit depuis les tensions entre les Comores et la France.

L’archipel des Comores se situe à 70 km des côtes du département français et les Comoriens sont nombreux à risquer la traversée sur des embarcations de fortune pour immigrer à Mayotte.

Les deux gouvernements ont signé en novembre un accord destiné, entre autres, « à faciliter des migrations légales et maîtrisées ».

– Coups d’Etat et séparatisme –


Moins d’un mois après l’indépendance, le premier président Ahmed Abdallah est renversé par un opposant, Ali Soilih. En 1978, le mercenaire français Bob Denard, à la tête d’un commando, rend le pouvoir à l’ex-président Abdallah, devenant commandant en chef de l’armée.

En 1989, le président Abdallah est assassiné dans son palais dans des circonstances mystérieuses. Bob Denard, alors chef de la garde présidentielle, tente de prendre le contrôle du pays avant de quitter Moroni après une intervention militaire française.

Les Comores connaissent ensuite plusieurs années d’une double crise: séparatiste, avec la sécession d’Anjouan en 1997 – qui n’a rejoint les autres îles qu’en 2001-, et institutionnelle, après un coup d’Etat qui porte au pouvoir Azali Assoumani en 1999.

– Réforme controversée –

En décembre 2001, l’Union des Comores succède à la République fédérale islamique des Comores. Une nouvelle Constitution dote chaque île d’une large autonomie et instaure une présidence tournante, tous les cinq ans, entre les trois îles.

En 2016, l’ex-putschiste Azali Assoumani (1999-2006) est élu président, après un scrutin émaillé d’incidents.

Un référendum constitutionnel en juillet renforce ses pouvoirs, en faisant passer de cinq à dix ans la présidence tournante entre les îles.

Cette réforme provoque de violentes critiques. En octobre, un groupe de rebelles armés affronte les forces comoriennes à Mutsamudu, capitale d’Anjouan.

Ces derniers mois, des dizaines de responsables et militants de l’opposition ont été arrêtés.

– Girofle et ylang ylang –

Dépourvu de grandes infrastructures touristiques, contrairement à l’île Maurice ou aux Seychelles, l’archipel est un pays de pêche et d’agriculture. Les principales sources de devises sont la vanille, le clou de girofle et surtout l’ylang ylang, plante à la fleur jaune recherchée pour son huile essentielle et entrant dans la composition de parfums.

Selon la Banque mondiale, la croissance de l’Union des Comores devait être stable à 2,7% en 2018 grâce notamment aux transferts d’argent envoyés par la diaspora (près de 13% du PIB). Elle devrait atteindre 3,1% en 2019-20, soutenue par des projets d’infrastructures.

Classées au 165e rang sur 189 par l’ONU pour leur l’indice de développement humain en 2018, les Comores doivent surtout lutter contre la malnutrition, selon la Banque mondiale.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut