International › AFP

Les deux militaires, tombés au Burkina, « sont morts en héros », déclare Macron

Les premiers maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, décédés au Burkina Faso le 10 mai lors d’une opération de libération d’otages, « sont morts en héros », a déclaré Emmanuel Macron lors de l’hommage national mardi aux Invalides.

« Ces officiers mariniers étaient des soldats hors normes comme peu d’armées dans le monde ont la chance d’en compter », a ajouté le président.

« Au nom de la République, je vous fais chevaliers de la Légion d’honneur », a-t-il déclaré en terminant son allocution face aux familles, aux principaux représentants de l’Etat, aux membres du gouvernement et à de nombreux responsables politiques. Il a ensuite remis la décoration sur les deux cercueils recouverts du drapeau français.

« Aujourd’hui par votre mort, vous entrez dans la lumière éclatante de l’histoire de notre pays », a-t-il dit, en indiquant leur nom serait inscrit sur les monuments aux morts de leur commune.

Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont fait preuve d’une « bravoure inoïe » en intervenant contre les ravisseurs en pleine nuit « parce que, pour eux, rien n’est plus important que la mission, rien n’est plus précieux que la vie des otages », a déclaré Emmanuel Macron en rappelant les conditions de leur décès dans le désert.

« Nous ne céderons rien des combats pour lesquelles vous vous êtes engagés et avez donné votre vie », a-t-il ajouté en s’adressant aux deux soldats.


Emmanuel Macron a également assuré que « jamais notre nation n’abandonne ses enfants », citant Sophie Pétronin, otage au Mali.

« Je pense à Sophie Pétronin aux mains de ses ravisseurs. Nous ne l’oublions pas. Ceux qui attaquent un Français doivent savoir que jamais notre nation n’abandonne ses enfants, quelles que soient les circonstances et fut-ce à l’autre bout de la planète », a-t-il dit.

Le chef d’état-major français, le général François Lecointre, a indiqué sur RTL ne pas avoir « d’éléments sur l’endroit où est détenue Sophie Pétronin », enlevée le 24 décembre 2016.

A la fin de la cérémonie, les cercueils des deux , portés par leurs frères d’armes, ont quitté la cour d’honneur des Invalides, les familles et le couple Macron à leur suite alors que les militaires entonnaient a capella « loin de chez nous en Afrique ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut