International › AFP

Les élections européennes, mode d’emploi

Date du vote, nombre de députés au Parlement européen et instauration de nouvelles listes nationales… Voici les principales clés des élections européennes de mai 2019 en France.

– Quand vote-t-on ?

Le scrutin pour désigner les députés au Parlement européen se tiendra le dimanche 26 mai en France. Dans les différents pays de l’Union européenne (UE), le vote s’étalera du 23 au 26 mai et les quelque 45,5 millions d’électeurs Français inscrits seront donc parmi les derniers à s’exprimer.

– Qui vote ?

Les Français âgés de 18 ans et plus, inscrits sur les listes électorales, bien sûr. Mais le vote est également ouvert aux citoyens de l’UE résidant en France depuis au moins six mois et inscrits sur des listes complémentaires.

– Qui peut être candidat ?

Outre les citoyens français, tout ressortissant d’un État membre de l’UE de 18 ans et plus résidant en France et n’exerçant pas certains mandats dans son pays d’origine peut se présenter aux européennes. Les candidatures devront être déposées entre le lundi 21 avril et le vendredi 2 mai.

– Combien de députés doit-on élire ?

La France disposera de 79 eurodéputés à l’issue du scrutin, soit cinq de plus qu’en 2014, sur un total de 705 sièges pour l’ensemble des 27 pays de l’UE.


À la suite du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit), 27 sièges de députés seront en effet repartis entre 14 États membres jugés sous-représentés, dont cinq reviendront à la France qui ne disposait jusque-là que de 74 élus.

– Quelle nouveauté en 2019 ?

Principale évolution côté français, les électeurs choisiront cette fois leurs candidats sur des listes nationales. Depuis 2004, c’est un mode de scrutin avec huit circonscriptions régionales qui prévalait. Mais le système dit de « circonscription unique » a été adopté par 23 des 27 pays de l’Union.

– Quel est le mode de scrutin ?

Les eurodéputés sont élus pour cinq ans selon les règles du scrutin à un tour à la proportionnelle à la plus forte moyenne. Seules les listes qui auront franchi la barre des 5% des suffrages exprimés auront accès à la répartition des sièges.

– Parité, non cumul : quelles obligations ?

Depuis 2004, les listes de candidats doivent impérativement alterner femmes et hommes, en application de la loi sur l’égal accès aux mandats électifs. La loi française interdit par ailleurs pour la première fois le cumul d’un mandat d’eurodéputé avec un mandat parlementaire national ou à la tête d’un exécutif local (maires, président de conseil départemental ou régional).



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut