International › APA

Les entreprises ivoiriennes invitées à investir au Maroc où s’exporte l’« attiéké »

Pas d'image

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie marocaine en Côte d’Ivoire (CCM-CI), El Hamzaoui Saad, a invité vendredi à Abidjan les entreprises locales à investir au Maroc, où s’exporte l’« attiéké », un mets ivoirien très prisé, fait à base de semoule de manioc, lors d’une soirée des leaders.« La Chambre de commerce marocaine en Côte d’Ivoire a aidé des  entreprises ivoiriennes à aller s’installer au Maroc dans plusieurs  domaines d’activités. Une dame nous a sollicité dans le domaine des  fruits et une autre au niveau d’un commerce très très juteux, qui est  l’attiéké », a indiqué M. Saad à APA. 

M. Saad  s’exprimait en marge d’une rencontre des leaders organisée par le groupe  Investor Africa en partenariat avec la Chambre de commerce et  d’industrie marocaine en Côte d’Ivoire autour du thème : la coopération  sud-Sud au service du développement des entreprises. 

L’ambassadeur  du Maroc en Côte d’Ivoire, Abdelmalek Kettani, était l’invité d’honneur  de cette soirée des leaders. Il a développé la thématique sur la  coopération Sud-Sud qui a pris son envol entre les deux pays, faisant  observer que le leadership repose sur la vision. 

Le  Royaume chérifien, dira-t-il, intervient en Côte d’Ivoire à l’instar  des autres pays du continent sur des axes de coopération définis par Sa  Majesté le Roi Mohammed VI qui envisage de faire des relations Sud-Sud  un maillon tangible du développement de l’Afrique.  

«  Le Maroc est ouvert, ça ne dépend que des investisseurs ivoiriens  d’aller prospecter (le Royaume). Des organismes dédiés et outillés sont  prêts à les accompagner », a assuré le diplomate marocain, ajoutant que  l’ambassade peut leur donner des conseils en amont.  

«  Aujourd’hui, on essaie de promouvoir le Programme national de  développement (PND, 2016-2020) de la Côte d’Ivoire », d’un montant  global de 30.000 milliards Fcfa et « on devrait avoir une réunion au  Maroc avec Casablanca finance city », a-t-il relevé.

Cette  rencontre devrait se tenir « avec le ministre ivoirien des Finances et  la ministre en charge du Plan et du développement, Nialé Kaba, pour  vendre les projets de ce programme aux entrepreneurs marocains au sein  du Patronat et de l’écosystème financier », a-t-il poursuivi.   


Pour  lui, l’entrepreneur doit avoir une idée, mais il devrait bien articuler  ses affaires. Et ce, à travers une vision pour saisir les opportunités  d’affaires qui sont réelles au Maroc, avec des besoins dans les domaines  de « l’immobilier, la torréfaction du café, la transformation de fruits  ». 

Poursuivant, il a ajouté que «s’il y a des expertises ivoiriennes, il n’y a aucun problème pour aller  investir au Maroc», où il n’y a pas de visa entre le royaume et la Côte  d’Ivoire.  

Des Ivoiriens d’origine libanaise  opèrent au Maroc. « On serait heureux d’avoir des investisseurs  ivoiriens, c’est une question de vision », renchérit M. Saad qui fait  savoir qu’il existe des avantages et une panoplie d’incitations en  faveur des investisseurs au Maroc.    

Le Maroc  est aujourd’hui le deuxième investisseur privé étranger de la Côte  d’Ivoire, selon les données officielles de 2018, avec «plus de 200  milliards Fcfa d’investissements. Nous souhaiterions qu’il y ait plus  d’exportations ivoiriennes vers le Maroc », lance M. Kettani.    

Les  entreprises marocaines en Côte d’Ivoire exercent dans plusieurs  domaines, entre autres, la téléphonie,  les BTP, les banques et les  assurances. « Le Maroc était le premier pays investisseur étranger en  2015 et 2016 » devant des partenaires économiques comme la France et l’Île  Maurice.   

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut