International › APA

Les indications géographiques des produits africains en débat à Yaoundé

Pas d'image

Une cinquantaine de délégués, venant de 16 pays participent, depuis mardi dans la capitale camerounaise, Yaoundé, à une table ronde régionale sur le développement des indications géographiques (IG) des produits en Afrique.Placées sous le thème : «Les indications géographiques en Afrique : enjeux de développement territorial, d’intégration économique et de commerce», ces assises de deux jours sont placées sous les auspices de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et de l’Organisation régionale africaine de la propriété intellectuelle (ARIPO).

La réflexion tournera autour du développement des ID en tant qu’outils de promotion et de commercialisation des produits de qualité issus de l’agriculture et de l’artisanat africain, à travers la sensibilisation des différents acteurs sur leur intérêt pour la valorisation des produits du terroir, mais aussi de l’importance de la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel approprié à l’échelle continentale.

Les délégués aux travaux de Yaoundé entendent ainsi dresser l’état des lieux de la protection des ID, le développement et la structuration de ces dernières, sans oublier la mise en œuvre d’une stratégie continentale y relative.

«L’enjeu autour de la mobilisation, sur cette question, est de promouvoir la commercialisation des produits agricoles, dont la qualité est liée à leurs milieux de production, afin d’augmenter les revenus des producteurs, de lutter contre l’exode rural tout en soutenant la mise en place d’un environnement régional favorable au développement des ID», a expliqué à APA le directeur général de l’OAPI, Denis Bohoussou.


En impulsant le développement territorial, en permettant l’intégration économique et en constituant un atout majeur dans le commerce international, les ID, a-t-il ajouté, offrent aux producteurs locaux, et même aux populations africaines, une chance inouïe de jouir pleinement des bienfaits de la propriété intellectuelle.

À ce jour, l’OAPI, qui vient par ailleurs de lancer six projets pilotes, dans le cadre de la seconde phase (2018-2022) du Programme d’appui à la mise en place des ID (PAMPIG II), a enregistré et protégé trois labels que sont le miel blanc d’Oku et le poivre de Penja, deux produits camerounais, mais également le café «Ziama Macenta» de Guinée.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut