International › APA

«Les révisions faisant reculer la démocratie, la tendance en Afrique» (Juriste)

Pas d'image

« En Afrique, la tendance c’est des révisions qui font reculer la démocratie, surtout les révisions qui concernent le mandat présidentiel », a déclaré, jeudi à APA, le Pr Abdoul Aziz Kébé, directeur du centre d’études et de recherche en ingénierie juridique et financière du Sénégal.M. Kébé, par ailleurs enseignant à la Faculté des Sciences juridiques et politiques (FSJP) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, était l’invité du sixième numéro du Grand Oral d’APA.

Il a abordé plusieurs thèmes, dont les récurrentes modifications de la Constitution sénégalaise constatées au cours des quatre dernières années et portant notamment sur le référendum de 2016, l’adoption du parrainage en 2018 et le vote de la loi supprimant le poste de Premier ministre en début mai 2019.

« Nous, au centre d’études et de recherche en ingénierie juridique et financière, avons travaillé sur ça pour voir toutes les fois où le mandat présidentiel a été révisé. Sur plus de 30 piles, on avait constaté que l’essentiel des révisions portait sur le mandat », a noté le juriste, soulignant que ce sont « toujours des révisions qui permettent au président de rester au pouvoir ».

« Le professeur Ismaïla Madior Fall (ex-ministre sénégalais de la Justice) a fait des réflexions très riches à ce propos en comparant les révisions, les qualifiant de +consolidantes et déconsolidantes+. Il montre par exemple que sous le président Wade (2000-2012), il y avait beaucoup de révisions déconsolidantes. Le Sénégal a connu vraiment des révisions qui ont fait reculer notre démocratie », a expliqué Abdoul Aziz Kébé, citant également à ce propos les régimes de Senghor et Diouf.

Toutefois, s’appuyant sur une formule du philosophe francophone Jean Jacques Rousseau, le Pr Kébé a déclaré qu’« un peuple est libre de changer ses lois, même les meilleures. Il n’y a aucune limite ».


« Mais la fréquence des révisions fragilise la Constitution », a précisé le professeur de droit, notant en revanche que dans un pays comme le Bénin, « la nature du régime politique (présidentiel) ne peut pas être révisée ».

« C’est ça en fait le propos du président Obama (des Etats-Unis) quand il dit qu’il faut des institutions fortes (en Afrique). Et l’institution qui a la possibilité d’empêcher et de bloquer ces révisions constitutionnelles, c’est le Conseil constitutionnel. Tel n’est pas le cas (pour le Sénégal), notre Conseil n’a pas la compétence lorsqu’on révise la Constitution », a dit Abdoul Aziz Kébé.

Selon lui, la justification d’incompétence avancée par cette cour lorsqu’elle fut saisie par l’opposition pour bloquer la loi sur le parrainage des candidatures aux élections en est un exemple patent.

A propos du dernier mandat ou pas de Macky Sall au pouvoir, Abdoul Aziz Kébé ne voit pas de raison de polémiquer vu que « le premier mandat (2012-2019) fait partie du décompte », même si « on aurait pu approfondir davantage le référendum de 2016 en termes de limitation des mandats » pour éviter ce débat.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut