International › APA

Les rois et chefs traditionnels ivoiriens s’engagent dans la lutte contre la déforestation

Instruits sur les actions de REDD+, un projet visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts en Côte d’Ivoire, les rois et chefs traditionnels ivoiriens ont « marqué leur adhésion » dans la lutte contre la déforestation dans le pays, selon une note transmise mercredi à APA.La séance de sensibilisation s’est tenue le 6 septembre 2018 au siège de la Chambre des rois et chefs traditionnels à Yamoussoukro, en présence de Sa majesté Amon Tanoé, président de l’institution,  qui s’est dit « satisfait » de cette initiative.

Il s’est en outre félicité de ce que cette réunion « permettra aux chefs coutumiers de renforcer leurs capacités afin d’être mieux outillés » sur les questions de déforestation et de protection du couvert forestier du pays.  

Le président de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire a par ailleurs appelé à un renforcement des actions en faveur des communautés à l’instar du Mécanisme Spécial de Don en faveur des Communautés Locales (DGM).

Pour sa part,  Laurent N’Dri Joseph, chef  traditionnel en charge de l’Agneby Tiassa (sud), les rois et chefs pourront ainsi accroître l’impact de la sensibilisation à l’attention des communautés locales.

 Cette réunion devrait permette de renforcer davantage l’implication des têtes couronnées dans la mise en œuvre des activités REDD+ à travers « la sensibilisation, l’information, l’éducation, la mobilisation et le suivi du processus », a indiqué Ernest Ahoulou Kouamé, secrétaire exécutif permanent de REDD+ Côte d’Ivoire. 

Dans le cadre de la protection du couvert forestier, l’Etat ivoirien a signé avec une trentaine d’acteurs, un Cadre d’action commune de l’initiative cacao-forêt en Côte d’Ivoire afin de préserver les forêts et lutter contre la déforestation dans les zones de production du cacao. 


La Côte d’Ivoire a adhéré au mécanisme de Réduction des Emissions de gaz à effet de serre issue de la Déforestation et de la Dégradation des forêts (REDD+) en juin 2011. Ce mécanisme a pour objectif de contribuer à la lutte mondiale contre les changements climatiques et d’agir pour la restauration du couvert forestier.

Le projet REDD+ est une initiative internationale conçue et développée dans le cadre du Programme d’Investissement forestier (PIF), programme pour lequel la Côte d’Ivoire bénéficie d’un financement de 24 millions de dollars soit 13,36 milliards F CFA.

Ce fonds devrait permettre de mettre en œuvre des projets pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dans 14 forêts classées des zones du Sud-Ouest et  du centre  ainsi que  le Parc national de Tai (financement Banque mondiale).

Des projets seront également initiés dans le domaine rural autour des forêts classées du centre du pays sur financement de la Banque africaine de développement (BAD).

Le couvert forestier ivoirien est estimé à environ 3,4 millions d’hectares selon des données officielles publiées en 2015 contre 16 millions en 1900.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut