International › AFP

Les six mois qui vont changer la face de l’UE

Pas d'image

L’élection des eurodéputés, entamée jeudi au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, premiers des 28 Etats membres de l’UE à voter, est le prélude à un renouvellement complet des institutions européennes d’ici à la fin de l’année 2019.

Voici les principales étapes à retenir:

– 23 au 26 mai –

Le renouvellement des 751 membres du Parlement européen a commencé jeudi par les scrutins organisés au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Vendredi c’est l’Irlande qui vote ainsi que la République tchèque, pays où les électeurs ont deux jours (jusqu’à samedi inclus) pour se rendre aux urnes.

Samedi, place à la Lettonie, Malte et la Slovaquie, tandis que 21 pays membres se prononcent dimanche, dont l’Allemagne, la France, l’Espagne, l’Italie, la Pologne, etc.

Les autorités nationales de chacun des 28 ne pourront annoncer des résultats officiels qu’à partir du moment où le scrutin sera terminé en Italie (21H00 GMT), où fermeront dimanche soir les derniers bureaux de vote européens.

Le Parlement européen a toutefois prévu de publier ses premières projections sur la composition future de l’hémicycle à partir de 18H00 GMT sur la base d’un mélange de sondages de sortie des urnes et de sondages pré-électoraux.

– 28 mai –

Un sommet extraordinaire des chefs d’Etat ou de gouvernement est convoqué à Bruxelles pour évoquer les résultats du scrutin.

Chaque famille politique (conservateurs, socialistes, libéraux, etc) ayant compté ses élus, arrive le moment des tractations pour choisir notamment des successeurs au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la tête de Commission et au Polonais Donald Tusk à la présidence du Conseil européen, l’instance qui réunit les dirigeants des Etats membres.


– 20 et 21 juin –

Un nouveau sommet européen se réunit avec cette fois l’objectif d’aboutir à ces nominations. La désignation se fait à la majorité qualifiée.

L’accord sur le nom du futur numéro un de la Commission, l’exécutif de l’UE, devrait conditionner toutes les autres nominations (présidence du Conseil, chef de la diplomatie européenne etc).

– Juillet –

Deux sessions sont prévues au Parlement européen, la première, du 2 au 4, pour l’installation de la nouvelle assemblée, et la seconde, du 15 au 18. Cette dernière est destinée notamment à la validation (ou au rejet), par un vote des eurodéputés, du choix du nouveau patron de la Commission par les chefs d’Etat.

– Automne –

Le Parlement va se prononcer sur la constitution de la Commission, chaque pays membre ayant auparavant proposé un nom de Commissaire pour siéger au sein de l’exécutif.

L’entrée en fonction de la nouvelle Commission est prévue le 1er novembre, et celle du nouveau président du Conseil européen le 1er décembre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut