International › APA

L’Etat ivoirien veut une transparence dans la gestion des finances locales

Pas d'image

L’Etat ivoirien, qui envisage d’exécuter un budget-programme en 2020, vient d’outiller les élus locaux et gouverneurs de Districts sur la gestion optimale des finances locales, ce qui devrait permettre une exécution transparente des fonds alloués pour l’amélioration des conditions de vie des populations.Pour un meilleur suivi des procédures d’exécution des budgets  alloués aux collectivités territoriales, la direction générale du Trésor  et de la comptabilité publique, a organisé jeudi à Abidjan une session  de formation des élus locaux et des gouverneurs de Districts.

Cette  séance qui a réuni notamment les gouverneurs de Districts, les  présidents de Conseils régionaux et les maires, a permis de passer au  peigne fin les règles de gestion des collectivités territoriales, afin  qu’ il n’y ait pas de gabegie dans l’utilisation des budgets des  collectivités. 

Le directeur général du Trésor  et de la comptabilité publique, Jacques  Assahoré Konan, a relevé qu’en  sa qualité de conseiller des élus locaux, son institution a l’obligation  de faire en sorte que la gestion des finances locales se fasse de façon  consensuelle, dans la légalité et la transparence. 

«  Ce séminaire fera suite à des formations éclatées des collaborateurs  des administrateurs des collectivités à savoir les membres des  différents Conseils, les directeurs généraux, les secrétaires généraux,  les régisseurs de recettes et d’avances », a-t-il annoncé.

Le  représentant du ministre de l’Economie et des finances, Bernard Akpess  Yapo, a déclaré qu’ « il est impérieux pour les collectivités  territoriales de disposer d’un système de finance locale efficace pour  garantir une autonomie de gestion financière ».

La  mobilisation des ressources propres des collectivités territoriales  requiert le renforcement des capacités des acteurs de la gouvernance  locale. Cette séance intervient pour faire bénéficier aux acteurs les  rudiments indispensables à l’exercice de leurs fonctions dans la gestion  des finances locales. 

Concernant les appuis  budgétaires de l’État en direction des collectivités, le représentant du  ministre de l’Économie, a relevé un montant de 160,2 milliards FCFA,  composé de 97,9 milliards FCFA pour les quotes-parts d’impôts rétrocédés  et 62,3 milliards FCFA pour les subventions octroyées pour l’année  2018.


Ces subventions et quotes-parts d’impôts,  a-t-il indiqué, représentent 61,87% des recettes recouvrées par les  collectivités territoriales. Au cours de ce séminaire, les élus locaux  et les gouverneurs de Districts, qui ont soulevé des problématiques  afférentes, ont trouvé des réponses à leurs préoccupations. 

Les  élus locaux ont été notamment outillés sur le régime juridique et les  procédures liées à la gestion budgétaire financière et comptable des  collectivités territoriales. Une formation qui permettra de clarifier le  rôle et les responsabilités des différents acteurs intervenant dans la  gestion des collectivités territoriales. 

Le  Trésor public, a fait savoir M. Assahoré, « n’a jamais perçu les  rapports ordonnateurs/comptables sous l’angle conflictuel, mais plutôt  sous celui de la collaboration en vue de l’atteinte de l’objectif ultime  de développement local pour le bonheur de nos populations ». 

A  l’issue des travaux,  le trésor public et élus locaux se sont accordés,  dans un cadre de « collaboration fructueuse », à travailler de concert à  l’effet de lever les  obstacles majeurs entravant dans la pratique, la  bonne gestion des budgets des collectivités territoriales.    

Avec  un budget de plus de 8.000 milliards Fcfa pour l’exercice 2020, l’Etat  de Côte d’Ivoire, veut rationaliser la gestion des finances publiques et  des fonds alloués aux collectivités, en vue d’un impact direct sur les  populations, surtout les plus démunies. 



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut