International › AFP

L’Humanité: un des plus vieux journaux français en dix dates

Fondé en 1904, le journal L’Humanité qui a été placé jeudi en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny, est l’un des plus vieux quotidiens nationaux en France avec Le Figaro et La Croix.

Dix grandes dates d’un journal d’abord socialiste puis communiste et aujourd’hui de gauche anti-capitaliste.

– 1904 : fondé par Jaurès –

L’Humanité paraît pour la première fois le 18 avril 1904. Le député socialiste de Carmaux Jean Jaurès est le fondateur de ce journal de quatre pages portant comme sous-titre « Journal socialiste quotidien ».

Dans le premier numéro, Jean Jaurès explique le choix de ce titre : « C’est, en effet, à la réalisation de l’humanité que travaillent tous les socialistes ».

– 1911 : organe officiel socialiste –

Fondé en 1905, le Parti socialiste qui alors s’intitule SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière – deviendra PS en 1969) fait de L’Humanité son organe officiel. Jaurès, pacifiste, est assassiné le 31 juillet 1914 à deux pas du siège du journal, rue Montmartre à Paris.

– 1923 : organe central du PCF –

En 1920, le congrès de Tours consacre le divorce entre socialistes et communistes. Le journal suit la majorité qui penche en faveur de la SFIC qui deviendra plus tard le Parti communiste français (PCF).

En 1921, la manchette « journal socialiste » est remplacée par « journal communiste ». En 1923, le journal porte comme sous-titre « organe central du parti communiste ».

– 1930 : première fête de l’Huma –

Le journal organise sa première fête de l’Humanité en septembre 1930 au parc Sacco et Vanzetti à Bezons dans le Val-d’Oise. Le but est de développer la diffusion et de dégager des recettes. Durant la période du Front populaire, le journal tire à plus de 300.000 exemplaires.

– 1939/44 : clandestinité –


Interdit de parution par le gouvernement Daladier après l’approbation du pacte germano-soviétique, le journal paraît clandestinement avec 317 numéros entre octobre 1939 et août 1944.

– 1953 : rideau noir –

A la mort de Staline en mars 1953, le siège de L’Humanité se pare d’un large drap noir et d’un grand portrait du leader communiste. Titre de l’édition spéciale : « Deuil pour tous les peuples, qui expriment dans le recueillement leur immense amour pour le grand Staline ».

– 1954/62 : contre la guerre d’Algérie –

Le journal s’oppose à la guerre d’Algérie. Avec le rétablissement de la censure en 1955/56, L’Humanité sera saisi à 27 reprises et fera l’objet de 150 poursuites notamment pour « provocation de militaires à la désobéissance » ou « diffamation envers l’armée ».

– 1989 : déménagement –

Le siège parisien du journal de la rue du Faubourg-Poissonnière déménage pour Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans un bâtiment de verre et de béton, signé par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer.

– 1994: plus « organe central » –

A partir de 1994, L’Humanité n’est plus « organe central », mais « journal du PCF ». En 1999, il devient « journal communiste ». Aujourd’hui, le quotidien se présente comme « journal fondé par Jean Jaurès ».

– 2001: restructuration –

Les difficultés financières s’accumulent: en 2001, un plan de restructuration comprend une soixantaine de licenciements.

En 2008, le journal vend son siège à Saint-Denis. Une première souscription est lancée dans la foulée. D’autres appels à la générosité des lecteurs suivront.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut