International › APA

«L’invention n’est pas encouragée dans nos pays», selon un inventeur béninois

Pas d'image

Le Directeur du Centre de Recherche en technologie Agricole (CRTA) du Bénin, Charles Fadégnon, estime, dans un entretien avec APA, que « l’invention n’est pas encouragée » dans les pays africains.« C’est l’Africain même qui doit créer le matériel pour régler ses problèmes »,  insiste Charles Fadégnon lors d’un entretien à APA en marge de la Foire internationale d’Abidjan (FIA) où il exposait ses inventions dont le « foutou-minute».

De son constat, « l’invention n’est pas tellement encouragée » si bien qu’on « ne voit pas ça dans le développement dans nos pays notamment le Bénin ».

 « L’Etat devra accompagner les inventions. C’est, incontournable », a exhorté, l’inventeur béninois à la tête d’un centre privé qui réfléchit chaque année sur une thématique. 

C’est ainsi qu’en 2004, explique-t-il, la cuisson du foutou (un mets de banane plantain très prisé en Afrique de l’ouest) a été la thématique. 

En lieu et place « du mortier et pilon qu’on utilise traditionnellement pour le foutou », M. Fadégnon a mis au point un « mixeur fait d’aluminium et de tôles inoxydables «  pour la confection de ce mets. 


Selon lui, « il y avait de la réticence  au début pour consommer le foutou-minute au Bénin. Mais finalement, les gens ont adopté même au Togo », se réjouit-il, soulignant  qu’il « n’y  a  aucun risque à consommer le foutou issu de cette machine, il n’y a pas de risques de frottement ». 

« Nous  souhaitions que  les Ivoiriens s’approprient cet appareil   pour les aider dans  les travaux, dans les restaurants surtout », a-t-il conclu.

 



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut