International › APA

Loi sur le parrainage : « une importante campagne de communication » annoncée (ministre)

La loi sur le parrainage qui a fait l’objet d’une révision du Code électoral adoptée lundi par l’Assemblée nationale, sera explicitée aux populations grâce à « une importante campagne de communication », a annoncé le ministre sénégalais de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye.« Nous allons mener une importante campagne de communication pour amener les Sénégalais à comprendre les contours liés au parrainage », a notamment déclaré, M. Ndiaye en défendant devant les députés le projet de loi portant révision du code électoral qui intègre la loi sur le parrainage, votée le 19 avril dernier.

La campagne de communication, a assuré le ministre, se fera dans toutes les langues nationales et à travers tous les supports de communication en vue d’atteindre au maximum la cible que constitue l’électorat, composé en partie par de personnes illettrées.

« On veut lancer une vraie campagne. Et dans celle-ci, vous (députés) en êtes des vecteurs. Car tout le monde ne suit pas les médias à la fois », a souligné Aly Ngouille Ndiaye.

Interpellé sur le « risque de pratiques de corruption par de futurs candidats » qui pourraient amener des électeurs à parrainer plusieurs personnes, le ministre a souligné que, même si « personne n’est censé ignorer la loi », il est nécessaire d’informer les électeurs des « sanctions prévues à l’article L.88 du Code électoral » contre les parrains fautifs et les auteurs de fraude ou de tentative de fraude sur le parrainage.

Soulignant qu’un électeur ne peut parrainer qu’un seul candidat ou une liste de candidat, le ministre a précisé que les électeurs disposant de différentes signatures devront reproduire le modèle émis sur leur carte nationale d’identification (CNI) pour ne pas invalider le parrainage. Pour ceux qui ne savent pas signer, ils auront simplement à reproduire la mention « Ne sait pas signer » figurant sur leur CNI, a-t-il indiqué.


A ce propos, le ministre de l’Intérieur a insisté sur le fait que les militaires peuvent parrainer, mais la collecte « ne doit pas s’effectuer dans leurs cantonnements. De même, il ne peut être installé de bureau de vote dans les camps militaires », a-t-il précisé.

Selon le ministre, un modèle de fiche de collecte sera mis à la disposition des mandataires « pour éviter certaines erreurs ».

C’est par le biais des « moyens de contrôle électronique » que la « vérification rapide et fiable » des listes de candidature sera effectuée, a encore indiqué le ministre de l’Intérieur.

L’élection présidentielle du Sénégal est prévue le 24 février 2019 qui verra le président sortant Macky Sall, candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar (ensemble pour le même espoir), aller à l’assaut d’un second mandat.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut