International › APA

L’ONU alerte sur le drame humanitaire au nord de la RCA

Pas d'image

La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations unies en République centrafricaine (RCA), Najat Rochdi, a dénoncé mercredi le drame humanitaire qui sévit actuellement à Batangafo, préfecture de l’Ouham, dans le nord-ouest du pays où 30.000 déplacés ont « tout perdu » suite aux actes de violences et pillages perpétrés par les groupes armés.Selon Najat Rochdi, des incidents isolés entre anti-Balakas et ex-Seleka du FPRC/MPC ont abouti, le 31 octobre dernier à Batangafo, à des affrontements ayant opposé des éléments des deux camps.

Ces affrontements ont causé des « pertes énormes et multisectorielles » aux habitants de Batangafo, a indiqué Mme Rochdi, également coordonnatrice humanitaire résidente.

Elle souligne par ailleurs que la distribution de l’aide a commencé prend en compte « des médicaments et des aliments ».

Sur les violences qu’elle a notées dans cette région, la Représentante spéciale adjointe a déclaré que la MINUSCA y a envoyé des renforts qui sont « indispensables pour la protection des populations civiles ».


Par ailleurs, Najat Rochdi s’est interrogée sur l’accord local de paix signé entre ex-Selekas et anti-Balakas, sans manquer d’égratigner les signataires.

« Il est devenu quoi cet accord entre les groupes armés, ces mêmes groupes armés qui ont attaqué ? Il faut leur demander des comptes. On ne peut pas dire, d’un côté, qu’on s’engage dans le processus de dialogue et de paix et, de l’autre côté, attaquer la population », a martelé la Représentante spéciale adjointe de l’ONU en RCA.

La ville de Batangafo n’est plus entre les mains du gouvernement centrafricain depuis le début de la crise traversé par le pays en 2013, date à laquelle  la rébellion de la Seleka fait régner son pouvoir dans cette partie de la RCA.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut