InternationalAPA




L’opposant togolais Habia inquiété dans sa grève de la faim par des gendarmes

Le président du Parti des démocrates (opposition), Nicodème Habia a été inquiété, lundi à Lomé, par les forces de l'ordre…

Le président du Parti des démocrates (opposition), Nicodème Habia a été inquiété, lundi à Lomé, par les forces de l’ordre armées de gaz lacrymogènes et de matraques devant les locaux de l’Ambassade du Ghana au Togo où il observe, depuis le 17 septembre 2018, une grève de la faim illimitée.« Je faisais ma grève de la faim ce matin devant l’ambassade lorsque les gendarmes étaient venus me demander de libérer les lieux. Je leur ai demandé pourquoi ? Ils m’ont demandé si j’avais reçu une autorisation à cet effet », a-t-il déclaré aux médias, indiquant avoir été « violenté », et « agressé ».

A travers sa grève de la faim, l’ancien député de l’Union des forces du changement (UFC) réclame, selon son entourage, la libération des « détenus politiques et ceux de la société civile, notamment Eza Joseph, Messenth Kokodoko, Assiba Johnson et Folly Satchivi et le respect scrupuleux de la feuille de route de la CEDEAO ».

C’est la deuxième fois en moins d’un mois que M. Habia observe grève de la faim pour les mêmes objectifs. La première grève de la faim a été observée pendant 48 heures, devant les locaux de l’Ambassade des Etats unis d’Amérique au Togo.

Le président du Parti des démocrates, membre de la coalition des 14 formations politiques de l’opposition, a reçu la visite, dimanche dernier, d’un médecin qui indique une dégradation de son état de santé.