International › APA

Macky Sall loue les vertus du dialogue, gage de paix, sécurité et développement

Pas d'image

Le président Macky Sall a loué, mardi à Dakar, les vertus du dialogue, invitant les acteurs économiques, politiques et sociaux du Sénégal à s’y adonner pour, dans un élan d’«union sacrée», œuvrer en faveur du «développement», de «la sécurité» et de «la paix» du pays.«Le dialogue est un impératif démocratique qui constitue un puissant ressort d’une nation pour faire face aux besoins de base des populations et aux défis majeurs », a notamment dit le président Macky Sall en lançant au Palais de la République la journée du dialogue national.

« Il y a des moments, a-t-il ajouté, où l’exigence de consensus l’emporte sur les logiques d’appartenance. J’ai toujours pensé que la démocratie ne saurait et ne devrait être réduite à la confrontation permanente entre pouvoir et opposition, entre majorité et minorité ».

Macky Sall a par ailleurs souligné la nécessité de construire « l’espace d’un consensus, dans un contexte mondial et sous régional et spécialement dans le Sahel, fortement marqué par de nouvelles menaces portées par des extrémistes violents et déstabilisateurs ». Aucun pays n’est pas épargné par ces menaces, a estimé Macky Sall avant d’appeler à « un consensus au nom de l’intérêt supérieur de la nation ».

« Acteurs politiques, société civile, groupements socioprofessionnels, organisations patronales, citoyennes, syndicales. J’en appelle à la volonté de toutes les composantes de notre nation, pour bâtir ensemble une gouvernance concertée, socle d’une démocratie apaisée et d’une dynamique apaisée des forces vives de la nation », a-t-il martelé.

Insistant particulièrement sur l’instauration d’un dialogue politique au Sénégal, il a affirmé que l’un des enjeux en la matière est «d’aboutir à des consensus qui reflètent les intérêts du Sénégal que l’Etat mettra en œuvre dans le respect des équilibres institutionnels, politiques , économiques, sociaux et culturels».

Au sujet du processus électoral, Macky Sall s’est appesanti sur l’objectif de mettre sur la table des questions telles que le calendrier électoral, la durée du mandat du président de la République, le parrainage, la procédure et les délais de publication des résultats, le financement des partis politiques ainsi que le statut de l’opposition et de son chef.


Sur ce chapitre, le chef de l’Etat a invité la classe politique à « faire preuve d’ouverture et d’esprit de dépassement pour aboutir à des accords féconds et neutraliser toute contestation en matière électorale ».

Concernant les enjeux autour de la découverte du gaz et du pétrole au Sénégal, il s’est dit convaincu que « l’inclusion sociale devrait constituer un axe important pour aborder en toute responsabilité l’exploitation et la transparence des industries afin de trouver un consensus fort ».

Macky Sall a enfin lancé un appel pour que les Sénégalais conjuguent leurs efforts en vue de  «juguler toutes les tendances néfastes qui détruisent notre environnement et le rendent difficilement vivable, pour léguer aux générations futures un pays dont elles seront fières ».

Le comité de pilotage de ce dialogue national est dirigé par l’ancien ministre socialiste Famara Ibrahima Sagna. Ce dernier est peint par le chef de l’Etat comme « un homme de vertus, de dialogue, qui a les capacités de dépasser tous les clivages ».

La société civile, les organisations syndicales, les partis politiques de la majorité et une partie de l’opposition ainsi que les organisations patronales prennent part au dialogue national.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut