International › APA

Mali : une transition politique aux contours flous

Cinq jours après le renversement d’Ibrahim Boubacar Keïta, la junte militaire au pouvoir n’a pas encore décliné un plan de transition pour un retour à l’ordre constitutionnel.L’annonce, par un média international, d’une transition politique sur une période de trois ans a fait grand bruit. Elle fait suite à la mission de trois jours à Bamako d’une délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) conduite par l’ancien président nigérian, Goodluck Jonathan.

Ce lundi, le Colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), est on ne peut plus clair à ce sujet : « Rien n’est arrêté à ce stade. Chacune des deux parties a expliqué sa perception de la transition. Mais l’architecture finale sera définie par les Maliens ».

Depuis son arrestation le 18 août dernier, l’ex-chef de l’État du Mali n’est plus libre de ses mouvements. Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est toujours cantonné au camp militaire de Kati, le quartier général des putschistes, situé à une quinzaine de kilomètres de la capitale Bamako.

« Les émissaires de la Cedeao ont demandé à voir IBK pour s’assurer qu’il est en sécurité et en bonne santé. De façon spontanée, on a accédé à leur requête. (L’ancien président) a clairement dit avoir démissionné sans contrainte car il a compris que son départ est l’aspiration du peuple. Ce dernier a dit être soulagé et n’a aucune intention de revenir au pouvoir », rapporte M. Wagué.

Conformément aux recommandations de la communauté internationale, les militaires ont accepté d’alléger les conditions de « sécurisation » de l’ancien président pour lui permettre notamment d’aller se faire soigner.


« IBK doit effectuer des contrôles médicaux. Il peut désormais être sécurisé dans un endroit de son choix. Il peut aller se soigner et revenir quand il veut. La Cedeao a garanti son retour (au Mali) au besoin », énonce le porte-parole du CNSP.

Sans surprise, le coup d’État a fermement été condamné par la communauté internationale. A l’échelle continentale, le Mali a fait l’objet d’une batterie de sanctions visant à restaurer l’ordre constitutionnel.

« On a demandé, au regard des efforts consentis, l’étude de la levée des sanctions parce que nous ne voulons pas que le peuple souffre. La majeure partie des Maliens souffre et ça risque de s’aggraver avec les sanctions », alerte le Colonel-major Ismaël Wagué. La Conférence des chefs d’État de la Cedeao va se réunir, mercredi prochain, en visioconférence pour discuter de la situation sociopolitique au Mali.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.04.2019

Safari dans le parc de Niokolo Koba

330 espèces d’oiseaux, 80 espèces de mammifères, 60 espèces de poissons et 36 espèces de reptiles peuplent ce parc; et c’est bien, ce qui en…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut